ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

LA MAÇONNERIE À PIERRES SÈCHES : VOCABULAIRE

A VOCABULARY OF DRY STONE MASONRY

Christian Lassure


A    B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z

VENTRE

Renflement présenté en parement par un mur en pierre sèche. On dit du mur qu'il « fait ventre ».

Angl. : bulge, bulging, belly

VIEUX CRÂNE

Cf. tête de mort.

VOUSSOIR

Cf claveau.

VOÛTE CLAVÉE EN PIERRES SÈCHES

Dans la construction à sec, la voûte clavée se rencontre parfois. Rappelons que, par voûte clavée, on entend une voûte de claveaux, c'est-à-dire de pierres taillées en forme de coin, dont les joints des lits en coupe, c'est-à-dire les pans obliques par lesquels un claveau s'appuie sur les claveaux voisins, convergent vers le même point. 

La voûte clavée en pierres sèches est non pas une voûte réalisée à l'aide de voussoirs taillés et appareillés, dont la confection est au-delà des moyens des constructeurs à pierres sèches car elle requiert des études de stéréotomie, mais une voûte confectionnée à partir soit de plaquettes brutes ou rectifiées au marteau, soit de moellons ébauchés et grossièrement appareillés, disposés sur un cintrage provisoire.

Dans la confection d'une voûte clavée en berceau, réalisée à l'aide d'assises parallèles de plaquettes, intervient un cintre en bois – exécuté en planches jointives, soutenues par des entretoises et des sablières – que l'on pose sur des corbeaux ménagés à la naissance de la voûte et que l'on déplace transversalement sur le support pour réaliser d'autres longueurs. La voûte épouse alors la forme du cintre. 

À l'intrados de ce type de voûte, les joints des lits en coupe sont alignés et parallèles à la ligne de faîte.

Pour la réalisation d'une voûte clavée en coupole, deux solutions peuvent être employées selon l'importance de l'édifice :

- Pour une petite cabane utilisant des plaquettes brutes, un support hémisphérique de fascines bien tassées sera ménagé à l'intérieur des murs porteurs : une fois les plaquettes posées en assises concentriques et les reins de la voûte chargés, on mettra le feu aux fascines qui, en se consumant, laisseront les plaquettes se mettre en place et se bloquer entre elles. L'assise terminale sera constituée par trois plaquettes disposées en triangle et se contrebutant mutuellement. L'espace délimité par cette ultime assise sera occupé par une pile de plaquettes horizontales formant un succédané de clé de voûte.

- Pour un édifice plus important, où les claveaux sont non plus des plaquettes mais des moellons taillés, à douelle d'intrados dressée sommairement à coups de ciseau, un cintre hémisphérique est réalisé, dont les entretoises sont encastrées dans le haut de la paroi verticale. Une fois la voûte terminée, le cintrage est démonté. Le système de fermeture sera ici une clé de voûte normale.

A l'intrados de ces deux spécimens de voûte clavée en coupole, les joints des lits en coupe sont concentriques.

Source : C. Lassure, Essai d'analyse architecturale des édifices en pierre sèche, dans L’Architecture rurale en pierre sèche, suppl. No 1, 1977, pp. 1-60 + 20 fig. h. t.

Angl. : vault of mortarless stone voussoirs, mortarless keystone vault

VOÛTE ENCORBELLÉE EN PIERRES SÈCHES

Ce type de voûte repose sur deux principes :

- le principe de l'encorbellement, qui consiste à disposer les pierres de chaque assise en surplomb par rapport à celles de l'assise inférieure, à la façon de corbeaux – d'où l'appellation du procédé. Une nécessité impérative est que chaque pierre ne dépasse pas hors de son centre de gravité propre la pierre sous-jacente, de façon à rester en équilibre. Pour cela, il suffit de donner à chaque pierre en surplomb une queue suffisante pour faire contrepoids, et d'atténuer le poids de la partie en saillie en l'élégissant;

- le principe de l'inclinaison, qui consiste à imprimer aux pierres de chaque assise une légère inclinaison (de l'ordre de 15° ) vers l'extérieur. Si elles étaient posées horizontalement, on aurait, à proprement parler, une voûte en tas-de-charge, formée d'assises à lits horizontaux.

Que le plan de base soit circulaire ou elliptique, carré ou rectangulaire, les assises successives, du fait du décalage vers l'intérieur, vont en se rejoignant, la dernière assise étant sommée soit d'une dalle terminale, si le plan de base est circulaire ou carré, soit d'une série de dalles juxtaposées ou se chevauchant si le plan de base est allongé.

Aucun cintre en bois, aucun coffrage n'est requis pour la construction d'une voûte d'encorbellement en pierres sèches. Toutefois, cette économie est contrebalancée d'un autre côté par la nécessité d'un plus grand volume de matériau et par celle d'une plus longue mise en œuvre.

Sur le plan de la statique, l'avantage des techniques de l'encorbellement et de l'inclinaison vers l'extérieur est de permettre des voûtages d'une très grande stabilité où la poussée latérale exercée sur les murs est très faible par rapport à la charge verticale qui pèse sur eux. Il en résulte que la dalle terminale, dans le cas d'une voûte sur plan circulaire, ou les dalles terminales, dans le cas d'une voûte sur plan rectangulaire, peuvent être ôtées sans provoquer l'écroulement des voûtes : elles ne font en effet que renforcer par leur poids la stabilité du corps de voûte.

Sur le plan de l'adhérence des assises entre elles, la voûte d'encorbellement en pierres sèches constitue un système où, chaque assise étant indépendante de l'assise qui la porte, il n'y a pas d'adhérence verticale. La seule adhérence qui existe s'exerce entre les pierres d'une même assise, donc dans un sens horizontal. Dans le cas d'une voûte sur plan circulaire, on a ainsi un système d'anneaux concentriques superposés horizontalement (avec cependant une légère inclinaison vers l'extérieur) mais indépendants les uns des autres et suffisamment rigides.

Source : C. Lassure, Essai d'analyse architecturale des édifices en pierre sèche, dans L’Architecture rurale en pierre sèche, suppl. No 1, 1977, pp. 1-60 + 20 fig. h. t.

Angl. : vault of corbelled dry stones

VOÛTE ENCORBELLÉE AU DÉPART, CLAVÉE À L'ARRIVÉE, AVEC CLÉ PENDANTE

Ce type de voûtement mixte est des plus rares. Deux exemples seulement sont connus, l'un à Saint-Pargoire dans l'Hérault, l'autre à Saint-Privat-de-Champclos dans le Gard.

Les assises sont tout d'abord inclinées vers l'extérieur, puis horizontales, en tas-de-charge, pour ensuite s'incliner légèrement vers l'intérieur, à la façon de claveaux. Dans le triangle délimité par les dalles de la dernière assise, est fiché un bloc conique, la pointe en bas, qui ferme et bloque le voûtement. 

Dans les deux exemples répertoriés, il s'agit de voûtes de faible hauteur de flèche : 1,75 m à Saint-Pargoire et 1,50 m à Saint-Privat-de-Champclos.

Les bâtisseurs n'ont pas eu besoin d'un quelconque cintre : l'inclinaison, vers l'intérieur, des dalles des dernières assises restant très minime par rapport à l'horizontale.

Clé pendante à Saint-Privat-de-Champclos (Gard). © Christian Lassure.

Sources :
- André Cablat, L'architecture rurale en pierre sèche de l'Hérault : cabanes de bergers, d'agriculteurs et de charbonniers, dans L'Architecture rurale en pierre sèche, t. 2, 1978, pp. 41-68, en part. pp. 62-63.
- Christian Lassure, Catalogue des cabanes en pierre sèche de la France : cinq relevés de cabanes du Gard, dans L'Architecture vernaculaire rurale, t. 4, 1980, pp. 94-108, en part. pp. 107-108.

Angl. : vault of lower courses of corbelled stones and upper courses of stone voussoirs, with hanging keystone

VOÛTE ENCORBELLÉE ET VOÛTE EN TAS-DE-CHARGE

La voûte de pierres sèches encorbellées, propre à l'architecture populaire, ne doit pas être confondue avec les différents types de voûte en tas-de-charge que l'on rencontre dans les architectures militaire, civile, religieuse et funéraire de différentes contrées à différentes époques : 
- ainsi la voûte des temples mayas au début de la période classique, en blocs ébauchés pris dans du mortier, 
- ou la voûte des palais et temples khmers, qui est en pierres taillées et appareillées à joints vifs, 
- ou encore la voûte conique ou pyramidale de certaines abbayes et églises de l'ouest de la France, qui est également en appareil de pierres taillées (flèche pyramidale de l'abbaye de Fontevrault dans le Maine-et-Loire, lanterne des morts, de forme conique, de Sarlat en Dordogne).

Source : C. Lassure, Essai d'analyse architecturale des édifices en pierre sèche, dans L’Architecture rurale en pierre sèche, suppl. No 1, 1977, pp. 1-60 + 20 fig. h. t.

Angl. : voûte en tas-de-charge : 'tas-de-charge' vault - voûte encorbellée : vault of horizontal corbelled stones


© CERAV
Le 25 décembre 2001 / December 25th, 2001 - Actualisé le 2 juin 2006 / Last updated on June 2nd, 2006.

Référence à citer / To be referenced as :

Christian Lassure
La maçonnerie à pierres sèches : vocabulaire – Lettre V (Vocabulary of dry stone masonry Letter V)
http://www.pierreseche.com/vocabulaire_pierreseche_V.html
25 décembre 2001

page d'accueil           sommaire maconnerie