ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

LA MAÇONNERIE À PIERRES SÈCHES : VOCABULAIRE

A VOCABULARY OF DRY STONE MASONRY

Christian Lassure


A   B   C   D   E   F   G   H   I     K   L   M   N   O   P   Q     S   T   U   V   W   X   Y   Z

SABLIÈRE

Dans les cabanes dont la partie de couvrement reçoit une couverture conique ou subconique de lauses, les dalles sablières (en abrégé sablières) sont de grandes dalles plates de même épaisseur posées en une assise régulière au niveau de la rupture de pente (vers 2 m du sol) et faisant saillie (de 10 à 15 cm) par rapport au sommet de la partie de base.

Si le plan de base est circulaire, les dalles sablières seront taillées extérieurement à la courbe tandis que leurs faces de joint convergeront vers le centre de la construction.

Si le plan de base est quadrangulaire, chaque angle sera occupé par une grande dalle aux deux parements taillés d'équerre.

Angl. : eaves plate, eaves slab

SCHISTE

Le schiste est une roche qui se délite aisément en plaquettes ou feuillets d'épaisseurs et de longueurs diverses, faciles à mettre en œuvre. Ces éléments cependant sont sensibles aux agressions climatiques, en particulier le gel qui va les fendre. Ils constituent donc un médiocre matériau.

Les schistes feuilletés se prêtent mal au ragrémentdes saillies car ils tendent à se fendre longitudinalement.

L'emploi du schiste dans des ouvrages en pierre sèche est attesté dans les massifs cristallins de la Provence, dans les Cévennes schisteuses, dans le piémont de la Montagne Noire, dans les Hautes Corbières, dans les Albères.

Angl. : schist - lause de schiste : schist tile

SEMELLE

Assise de gros blocs constituant les fondations d'un mur en pierre sèche lorsqu'il est érigé sur un sol en terre.

La semelle, qui est toujours plus large que le mur qu'elle est destinée à porter, doit être composée de blocs plats et d'égale épaisseur de façon à former une assise uniforme.

On s'abstiendra de tasser les blocs à la masse (pour éviter de les fragiliser); à la place on optera pour un calage de pose soigné, sans rajout de terre car celle-ci finit toujours par se tasser.

Syn. : socle.

Angl. : base, footing, foundation

SMILLAGE

Opération consistant à régulariser les faces des moellons à l'aide d'une smille ou marteau à deux pointes des carriers. 

Cf. smille.

Angl. : spalling, scabbling

SMILLE (fém.)

Marteau pointu aux deux bouts avec lequel le carrier pique les moellons pour en régulariser les faces.

Angl. : spalling hammer, scabbling hammer

SOCLE

Cf. semelle.

SOMMIER
La première pierre d'un montant, d'un mur, etc., supportant un linteau, un arc ou une voûte.

Angl. : springer, springing stone

SYSTÈME DES DEUX « PEAUX »

Entre la couverture extérieure et la voûte intérieure de la partie de couvrement, se trouve parfois un blocage de petits éléments. L'emploi d'un tel dispositif s'explique en partie par la nature du matériau local : les pierres plates disponibles étant peu nombreuses, on les réserve aux parties de la construction où elles sont indispensables en se contentant d'employer le petit matériau tout venant dans les autres parties. Ce système, dit des deux « peaux », présente toutefois un inconvénient : les pierres de la couverture, du fait de leur inclinaison, risquent de glisser vers l'extérieur, provoquant l'apparition de failles, de vides entre parements et blocage. Pour supprimer cet inconvénient, s'offre la possibilité d'employer, pour le revêtement extérieur, des pierres placées selon une inclinaison vers l'intérieur : en comprimant le blocage, elles suppriment les risques de glissement et de disjointure. Un autre inconvénient surgit néanmoins : la pluie s'infiltre à l'intérieur de la maçonnerie, s'écoulant à travers le blocage. Mais cette conséquence n'est fâcheuse qu'en apparence : par beau temps, l'humidité répandue dans la caillasse s'évapore, provoquant un effet réfrigérant qui assure fraîcheur à la cellule intérieure.

Si la pluie s'infiltre, par contre l'air, le vent ne passent pas avec un tel système. Son emploi non seulement pour la partie de couvrement mais pour le mur porteur permet d'éviter, au niveau de celui-ci, le recours à un placage isolant d'enduit (terre argileuse, plâtre, mortier de chaux) sur le parement intérieur.

Angl. : the technique of the double skin, the double skin method


© CERAV
Le 25 décembre 2001 / December 25th, 2001 - Réactualisé le 2 juin 2006 / Last updated on June 2nd, 2006

Référence à citer / To be referenced as :

Christian Lassure
La maçonnerie à pierres sèches : vocabulaire – Lettre S (Vocabulary of dry stone masonry Letter S)
http://www.pierreseche.com/vocabulaire_pierreseche_S.html
25 décembre 2001

 

page d'accueil           sommaire maconnerie