ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

LA MAÇONNERIE À PIERRES SÈCHES : VOCABULAIRE

A VOCABULARY OF DRY STONE MASONRY

Christian Lassure


A   B   C   D   E   F   G   H   I     K   L   M   N   O   P   Q     S   T   U   V   W   X   Y   Z

FACE

L'une des surfaces planes d'une pierre, en particulier lorsque cette dernière est équarrie soit naturellement, soit par la taille.

La face rectangulaire destinée à être mise en parement est la face de parement. Les faces qui se retrouvent horizontales sont les faces de lit, les faces verticales les faces de joint, la face située à l'opposé de la face de parement la face de derrière.

Cf. moellon.

Angl. : side

« FAUSSE » VOÛTE ET « VRAIE » VOÛTE

Certains auteurs ont opposé voûte encorbellée et voûte clavée, baptisant la première du qualificatif péjoratif de « fausse » voûte.

Si l'on en croit la définition donnée dans le Vocabulaire de l'architecture (Principes d'analyse scientifique, architecture, méthode et vocabulaire, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Imprimerie Nationale, Paris, 1972, vol. 1, p. 97), le terme « voûte » doit être réservé au couvrement maçonné, l'appellation « fausse voûte » s'appliquant à un couvrement non maçonné imitant la disposition d'une voûte. Or, la voûte encorbellée en pierres sèches est un couvrement combinant les dispositifs de l'encorbellement et de l'inclinaison vers l'extérieur avec l'emploi de la maçonnerie tantôt à sec, tantôt à liant. Elle ne répond donc pas aux critères de définition de la « fausse voûte ».

En fait, la distinction entre « vraie » et « fausse » voûtes relève d'un jugement de valeur très curieux qui, sans doute sur la foi des similitudes d'aspect entre les intrados respectifs des deux types de voûte, veut voir un désir d'imitation de la part des constructeurs de voûtes à encorbellement maçonnées à sec, là où il n'y a, en réalité, que la simple nécessité de couvrir un espace fermé à l'aide du procédé le plus économique et le plus pratique dans un contexte donné.

La voûte d'encorbellement en pierres sèches doit être considérée comme un système de voûtage à part entière, qui diffère, dans ses principes et dans sa mise en œuvre, de la voûte clavée :

- assises horizontales de corbeaux à inclinaison vers l'extérieur de 15° au lieu d'assises de claveaux aux joints des lits en coupe convergeant vers le même point;

- dalle terminale au lieu d'une clé de voûte;

- aucun cintrage requis, alors que la voûte clavée en exige un;

- charge verticale plus importante et poussée latérale moins importante que dans la voûte clavée;

- adhérence horizontale des pierres d'une même assise au lieu d'une adhérence verticale entre les assises.

Angl. : (the) false vault - anton. : (the) true vault

FOURRURE (ENTRE DEUX PAREMENTS)

Dans un mur de pierre sèche à deux parements, la fourrure est la blocaille intermédiaire sans laquelle les pierres de parement glisseraient vers l'intérieur et le mur s'effondrerait par le milieu. En plus de stabiliser et d'assujettir les pierrres de parement, la fourrure procure un drainage et crée une base pour les assises supérieures. La blocaille se liera d'autant mieux aux pierres de parement que ces dernières auront leurs joints croisés transversalement.

Source : C. Lassure, La pierre et le bois dans la technologie de construction des Fontbuxiens : essai de restitution des superstructures de leurs édifices à plan bi-absidial et à plan circulaire, dans Actes des journées d'étude de Viols-le-Fort (Hérault) des 2 et 3 octobre 1982 sur « l'évolution des techniques de construction à sec dans l'habitat en Languedoc du Néolithique à la période contemporaine », dans L'architecture vernaculaire, suppl. No 3, 1983, pp. 43-56

Angl. : core, hearting, infill, infilling, fillings (pl)

FRUIT

Par fruit, on entend traditionnellement la légère inclinaison ou pente qui est donnée aux parements d'un mur de façon à ce que celui-ci soit non pas strictement vertical mais d'épaisseur décroissante de la base au sommet. Cette technique vise à renforcer l'équilibre et la solidité du mur en contrecarrant les forces tendant à déjeter celui-ci d'un côté ou d'autre.

Le fruit est obtenu d'autant plus aisément que les pierres de chaque assise seront posées très légèrement inclinées ou en pente vers l'intérieur de la maçonnerie.

La technique du parement « à fruit » est courante pour les murs de soutènement, pour les pierriers parementés – lesquels n'ont évidemment qu'un seul parement –, mais aussi pour les murs de séparation ou autres, lesquels ont leurs deux parements « à fruit ».

Cf. talus - contre-fruit.

Angl. : batter - parement à fruit : battered facing - donner du fruit à un mur : to batter a wall


© CERAV
Le 25 décembre 2001 / December 25th, 2001 - Réactualisé le 2 juin 2006 - Last updated on June 2nd, 2006.

Référence à citer / To be referenced as :

Christian Lassure
La maçonnerie à pierres sèches : vocabulaire – Lettre F (Vocabulary of dry stone masonry Letter F)
http://www.pierreseche.com/vocabulaire_pierreseche_F.html
25 décembre 2001

page d'accueil          sommaire maconnerie