ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

LE « RUCHER DE GIONO » AU CONTADOUR (ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE)

"Giono's apiary" at Contadour, Alpes-de-Haute-Provence

Christian Lassure (texte), Jean Laffitte (photos)


De 1935 à 1939, l'écrivain régionaliste Jean Giono et de jeunes intellectuels parisiens organisèrent, au hameau de Contadour (1), en haute Provence, des rencontres bi-annuelles où, au milieu des lavandes, l'on prônait le retour à la vie simple de la campagne et les idées pacifistes. Deux fermes achetées par Giono et ses « contadouriens » servaient de cadre à ces « rencontres du Contadour » : la ferme dite des Graves et la ferme dite « le moulin de Giono », toutes deux aujourd'hui monuments inscrits.

Les abords de cette dernière ferme s'ornent d'un  mur de soutènement en pierre sèche comportant, dans son épaisseur, six arcades  successives ayant servi, paraît-il, à abriter des ruches (d'où l'expression le « rucher de Giono »).

Le mur en pierre sèche dans son cadre.

Ce mur, dont nous ignorons les dimensions exactes, est bâti en pierres calcaires de forme biscornue ne permettant aucun assisage. Dans une de ses faces, s'ouvrent, à intervalles irréguliers, six arcades de dimensions variables. Leur profil tend, selon le cas, vers l'arc brisé, l'arc en plein cintre et l'arc en anse de panier. On ne peut s'empêcher de penser que les cintres en bois employés par le bâtisseur devaient être assez frustes.

Quatre des six arches.

Le mur lui-même, du moins la seule face qui nous est connue, se termine par une arase de pierres posées sur la tranche. Au niveau de la troisième arcade à partir du gouttereau de la maison, se devinent, dans l'arase et la maçonnerie sous-jacente, les traces d'un désordre.

Une des arcades (celle de gauche dans la photo précédente). Le fond est constitué par une paroi rectiligne.

La maison ayant été construite à la fin du XIXe siècle, on peut penser que le rucher n'est pas postérieur à cette date

Le Tourisme désigne aujourd'hui ces arches sous le nom de « rucher de Giono » mais si la destination apicole est vraisemblable, il faut préciser que Giono cultivait les muses et non pas les abeilles...

(1) Dans la commune de Redortiers, dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Source :
- Fiche d'inscription à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV

Le 16 octobre 2011 / October 16th, 2011

Références à citer / To be referenced as:
Christian Lassure (texte), Jean Laffitte (photos)
Le « rucher de Giono » au Contadour (Alpes-de-Haute-Provence) ("Giono's apiary" at Contadour, Alpes-de-Haute-Provence)
http://www.pierreseche.com/rucher_de_giono.htm
16 octobre 2011

Textes sur les constructions apicoles en pierre sèche dans le présent site

1 - Raoul M. Verhagen, Un aspect de l'apiculture du passé : les niches à ruches
2 - Jean Courrènt, Le mur à abeilles d'Armissan (Aude)
3 - Jean Courrènt, Abri sous encorbellement à Durban-Corbières (Aude)
4 - Jean Courrènt, Des vestiges de l'apiculture ancienne : les abris à abeilles de Tourouzelle (Aude)
5 - Christian Lassure, Apistoria, cahier No 1
6 - Christian Lassure, Les ruchers dans les murs (compte rendu)
7 - Michel Royon, Photos d'enclos à abeilles à  La Brigue et Tende (Alpes-Maritimes)
8 - Jean Laffitte, Le rucher en pierre sèche des Blaquières à Mons (Var)
9 - Christian Lassure, Le rucher en pierre sèche de la Combe à la Serpent, à Corcelles-les-Monts (Côte-d'Or)
10 - Christian Lassure (texte), Jean Laffitte (photos), Le « rucher de Giono » au Contadour (Alpes-de-Haute-Provence)
11 - Jean Courrènt, Une ruche-cercueil au lieu-dit Jugnes à Port-la-Nouvelle (Aude) ?
12 - Jean Courrènt, Un mur à abeilles à Greffeil (Aude)

page d'accueil          sommaire architecture apicole