ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

RESTAURATION DE LA CABANE DE BERGER DE L'HIVERNET À EMBRUN (HAUTES-ALPES) :

TROISIÈME ÉTAPE

THIRD STAGE OF THE RESTORATION OF L'HIVERNET SHEPHERD'S HUT

AT EMBRUN, HAUTES-ALPES

Louis Cagin

 

Une troisième phase de travaux, en juillet 2018, a permis d’achever la restauration de la cabane de berger de l’Hivernet sur les alpages d’Embrun (05). Il s’agissait d’une action bénévole portant sur un week-end, action à laquelle ont participé
- pour le Parc des Écrins : Sandrine Raymond, Laurent Ripert, Dave Lavictoire,
- pour le Gabion : Laurent Limousin, et les stagiaires de la formation OPRP : Samuel Dautheville, Claire Hilairet, Benoît Mazière, Mattéo Pellegrino, Aurore Renaud, Jean-Philippe Roux, Cloé Verwaerde,
- et pour l’association Une pierre sur l’autre : Loys Ginoul (alias Louis Cagin).

Fig. 1 - Pendant les travaux, recherche de lauses sur la pente en amont de la cabane. © Louis Cagin.

 

Fig. 2 - Délitage de lauzes. © Louis Cagin.

1.- APPROVISIONNEMENT EN LAUZES

Lors de ces deux journées, nous avons achevé la couverture en lauzes. La réserve de lauzes disponibles n’étant pas suffisant, nous avons cherché alentour et avons exploré la falaise. Certains de ses lits étaient composés de lauzes identiques à celles utilisées initialement pour la cabane. Cette recherche nous a permis de répondre à la question de l’origine des pierres de la cabane et de confirmer qu’elles semblent bien issues des différentes couches géologiques découvertes par la coupe de la falaise (fig. 17 et 18). Idem pour le linteau millésimé de 1617 qui a donc dû être choisi, taillé et travaillé sur place (nous espérons enrichir ce compte rendu de l’avis d’un géologue sur ces points).
Nous avons récolté les futures lauzes tombées ou détachées de la falaise (fig. 15 et 16). Les pierres brutes ont nécessité une préparation  pour en faire des lauzes appareillables :
- délitage des bancs pour obtenir des épaisseurs plus fines ;
- taille en biseau du chant des lauzes pour faciliter leur appareillage et l’écoulement de l’eau (cf. fig. 2).

2. MISE EN ŒUVRE

2.1 Méthode de pose des lauzes

Lors de la première restauration, nous avions essayé de poser les lauzes « en rectangle » (selon des lits réguliers qui dessinaient des lignes parallèles). Il nous est vite apparu que cette méthode impliquait un besoin disproportionné de pierres. Nous avons donc modifié la pose des lauzes en nous adaptant à leur morphologie, ce qui nous a conduit à les placer « en losange » pour faciliter les recouvrements. Nous obtenons un aspect final irrégulier de la couverture (cf. fig. 3 et fig. 4).

Fig. 3 -  Pan avec premières rangées en pose régulière « en rectangle ». © Louis Cagin.

 

Fig. 4 - Pan en pose irrégulière « en losange ». © Louis Cagin.

2.2 Calage

Nous n’avons pas mis de terre entre la voûte et les lauzes. Nous avons utilisé des pierres de petits volumes pour caler les lauzes, les maintenir en bonne place, dans la bonne inclinaison.

3.  OBSERVATIONS, GRAFFITIS ET OBJETS RECENSÉS

Nous avons trouvé quelques nouvelles lauzes marquées de graffitis. Nous les avons photographiées et ajoutées à l’inventaire fait par Pascal Saulay du Parc des Écrins.
 

Fig. 5 - Lauze avec graffiti gravé. © Louis Cagin.

 

Fig. 6 - Bouton. © Louis Cagin.

 

Fig. 7 - Le même bouton en situation.© Louis Cagin.

Nous ne sommes pas intervenus sur l’intérieur de la cabane, cependant, nous avons découvert un bouton placé dans le joint entre deux pierres. Il semble correspondre à celui d’un uniforme des armées napoléoniennes du 1er Empire, possiblement du 12e régiment d'infanterie de ligne qui a guerroyé dans les Alpes vers 1800 [1].

Janick Roussel a également analysé les tessons de fiole en verre trouvés lors de notre précédente intervention de 2017, sous les dalles du sol que nous avions interprétés comme « sol d’origine ». Voici ses conclusions :
« Trois fragments verdâtres, indéterminés. Une embouchure de flacon bleu-vert, à bord évasé, lèvre coupée, col étroit. Diamètre bord : 16 mm ; diamètre col : 10 mm.
L’embouchure semble évoquer une production moderne (plutôt XVIIe - XIXe siècles). Les fragments ne permettent pas de déterminer des formes. »
 

Fig. 8 - Les tessons de verre trouvés en 2017. © Louis Cagin.

Cloé Verwaerde a découvert une pierre plate gravée plus haut dans l’alpage, celle-ci affleure au sol et se trouve située près de la crête de la falaise sous-jacente à l’alpage côté Embrun. Le lieu se situe en surplomb du sentier d’accès à l’alpage et correspond certainement à un poste de garde. Il était peut-être prisé par les bergers pour surveiller les arrivées et les départs tout en gardant un œil sur les bêtes (fig. 9 à 11). Les photos ont été ajoutées à l’inventaire des graffitis de la cabane et de ses alentours [2].

Fig. 9 - Localisation du graffiti. © Louis Cagin.

 

Fig. 10 - Détail du graffiti. © Louis Cagin.

 

Fig. 11 - Vue d’ensemble avec cabane à droite et site en ruine à gauche. © Louis Cagin.

Nous avons également exploré un site proche de la cabane situé un peu plus haut dans l’alpage, sur le replat surjacent à la falaise (44.604955, 6.449757 Altitude : 2297 m). Il se trouve, lui aussi, au pied d’une falaise, sous un important chaos de pierres.

Nous n’avons trouvé aucun graffiti ni artefact intéressant sur le site que nous n’avons exploré que visuellement sans intervenir sur le positionnement des pierres.

Cependant, Marion Molina, la bergère actuelle, nous a communiqué des clichés de graffitis repérés sur zone lors de ses gardes. Elle a découvert des graffitis à proximité du site ruiné, proche de la cabane (cf. fig. 11). Ils sont millésimés fin XIXe siècle et les représentations de croix pourraient être liées à la célébration de Pâques [3].

4. OBSERVATIONS DES VESTIGES LITHIQUES

Le site laisse encore lire des appareillages de bas de murs ruinés (fig. 13 et 14). Nous y avons lu un espace composé de quatre unités regroupées en deux modules doubles et séparés par un passage.

Fig.12 - Graffitis (© Marion Molina). © Louis Cagin.

À droite de ces modules, un espace poursuit le passage et dessine, sur le même niveau, une esplanade maintenue par des murets de soutènement. Au pied de cet ensemble, se situe un grand enclos dont le mur ruiné, dessine encore un grand arc de cercle dans l’alpage (cf. fig.11).

Nous avons effectué un relevé sommaire du lieu (cf. fig. 15).

Fig. 13 - Restes de mur d’un abri. © Louis Cagin.

 

Fig. 14 - Le même mur avec l’enclos devant l'entrée. © Louis Cagin.

 

Fig. 15 - Relevé sommaire. © Louis Cagin.

Nous avons profité de ces deux journées pour récolter les échantillons de coquilles d’escargots dans le cadre de l’enquête malacologique des ouvrages en pierre sèche.

Fig. 16 - Récolte des lauzes en pied de falaise. © Louis Cagin.

 

Fig. 17 - Les strates géologiques de la falaise. © Louis Cagin.

 

Fig. 18 - Grès jaune calcaire à lits épais et lits de calcaire marneux dont sont issues les lauzes. © Louis Cagin.

 

Fig. 19 - Panorama depuis la cabane. © Laurent Ripert.

 

Fig. 20 - Début de la pose de lauzes sur le versant à couvrir. © Louis Cagin.
 

 

Fig. 21 - Pose de lauses sur l'extrados de la voûte en partant depuis la rive. © Louis Cagin.

 

Fig. 22 - La cabane à l'issue de la réfection de sa couverture de lauzes. © Louis Cagin.

 

Fig. 23 - La toiture entièrement refaite vue depuis l'amont.© Louis Cagin.

NOTES

[1] Eléments de recherches effectuées par Janick Roussel, à confirmer. Lien à consulter : http://frederic.berjaud.free.fr/Articles_de_Didier_Davin/012edeligne/12e_de_ligne.htm

[2] Ces prises de vues sont accessibles aux chercheurs, nous contacter pour y avoir accès (unepierresurlautre@laposte.net).

[3] Communication de Hugues Chatain : « sur un socle une "croix voilée". Peut-être ce graphisme (dans l'horizon culturel moderne) représente-t-il les croix que l'on voilait de violet le Vendredi Saint en mémoire de la mort du Christ. La présence, sur votre site, d'un socle (présent également sur les croix simples voisines) pourrait conforter cette hypothèse ».


Pour imprimer, passer en format paysage
To print, use landscape mode

© CERAV
20 février 2019 / February 20th, 2019

Référence à citer / To be referenced as :

Louis Cagin
Restauration de la cabane de berger de L'Hivernet à Embrun (Hautes-Alpes) : troisième étape (Third stage of the restoration of L'Hivernet shepherd's hut at Embrun, Hautes-Alpes)
http://www.pierreseche.com/restauration_hivernet_3.htm
20 février 2019

Sites de l'auteur sur la Toile : http://pierreseche.over-blog.com et ttp://unepierresurlautre.wordpress.com

Restauration de la cabane de berger de L'Hivernet à Embrun (Hautes-Alpes) : première étape

Restauration de la cabane de berger de L'Hivernet à Embrun (Hautes-Alpes) : suite et fin

page d'accueil          sommaire maçonnerie