DU PLANÉTARIUM « DANS UNE BORIE (OU CAPITELLE) »

À LA CABANE EN FORME DE CASQUE MACÉDONIEN À POINTE

From the planetarium "inside a borie (or capitelle)"

to the Macedonian spikeD helmet-shaped hut
 

Christian Lassure

 

La commune des Angles, dans le département du Gard, est connue pour son « Parc du Cosmos » installé en pleine garrigue. Le visiteur peut y découvrir rien moins que l'univers si l'on en croit le site internet de cette attraction. Cette découverte se fait notamment par l'intermédiaire d'un planétarium  de 20 places « niché dans une borie (ou capitelle) réalisée en pierres sèches », à ce que rapporte le guide Petit Futé Avignon-Vaucluse 2019 (1). Manifestement, le rédacteur de ce guide ne connaît pas grand chose en matière de cabanes en pierre sèche. La « borie (ou capitelle) » dont il parle est en fait une coque en béton sur laquelle on a empilé et collé de petites esquilles calcaires. On est bien loin de la maçonnerie sans mortier d'une véritable cabane en pierre sèche.

Fig. 1 - Le planétarium du Parc du Cosmos aux Angles (Gard) : vrai planétarium mais fausse capitelle. Source : site internet Tripadvisor. Photo prise en septembre 2017.

Toujours dans le Gard, on peut observer un pastiche de capitelle, en forme de suppositoire ou de casque macédonien à pointe, sur la commune de Collias. Édifiée en 2012 pour le tournage de l'émission Des racines et des ailes consacrée au Gard et à l'Ardèche,  cette construction a nécessité le charroi de 90 tonnes de pierre, un mois de travail à une équipe de quatre personnes et coûté la modique somme de 23 900 euros (2).

Fig. 2 - Lieudit Le Paradis, à Collias (Gard)  :  « construction menée dans le style uzétien par la Confrérie des Bâtisseurs à pierre sèche » (poids : 90 tonnes, hauteur : 5 m, pierre des carrières de Pompignan à 40 km de là, maçons : 4, durée : 1 mois. Les pierres étant taillées en parement, sur les faces latérales et les faces de lit, on a affaire ici à une maçonnerie en assises de pierres taillées assemblées à joints vifs (3), rarement pratiquée par les anciens en raison de son prix de revient pharamineux.

On ne sera pas surpris d'apprendre que le Gard est le département occitan où l'on trouve la plus grande densité de capitelles modernes ayant cette morphologie particulière. Un autre exemple bien reconnaissable, quoique d'une facture plus rustique, dresse sa masse imposante sur la commune de Méjannes-le-Clap, où il a été construit en 2012 par la même équipe que celle la capitelle de Collias.

 

Fig. 3 - Méjannes-le-Clap (Gard) : pastiche de capitelle construite en 2010. Si par sa morphologie, la bâtisse préfigure le pastiche de 2012, par contre par sa maçonnerie de pierres brutes, non retaillées, elle est plus proche des capitelles du passé. Il lui manque cependant une porte en bois et un chambranle. Dans ses  précurseurs, l'ouverture en mitre au-dessus de l'énorme linteau était moins un triangle de décharge qu'une lucarne pour éclairer l'intérieur lorsque la porte était refermée. Source : Wikimedia Commons.

Il y a fort à parier que les prochaines générations d'ethnologues verront dans ces petits bijous non seulement la preuve d'une « école » gardoise de la pierre sèche mais aussi la manifestation d'un art « ancestral » (sans oublier le caractère « identitaire » fort et le côté très « emblématique » de cette architecture...).

NOTES

(1) Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette, AVIGNON - VAUCLUSE 2019 Petit Futé, Petit Futé, 432 pages, Parc d'astronomie du soleil et du cosmos : « Un planétarium de 20 places, unique en son genre, niché dans une borie (ou capitelle) réalisée en pierres sèches, on y présente les constellations et objets célestes ».

(2) Des racines… et des ailes. Le Paradis abrite un rare spécimen de capitelle contemporaine, spécialement bâtie pour le tournage d’une émission bien connue…, Institut languedocien de la pierre sèche, 11 août 2014.

(3) Une maçonnerie à joints vifs est une maçonnerie de pierres taillées appareillées sans mortier. Les pierres, extraites de carrière, ont leurs diverses faces (sauf la queue) soigneusement dressées pour s'ajuster aux pierres qui les jouxtent. Les joints entre les pierres taillées sont d'épaisseur infime. Ce type de maçonnerie ne doit pas être confondu avec ce qu'on appelle familièrement « la pierre sèche ».


Pour imprimer, passer en format paysage
To print, use landscape mode

© CERAV
10 avril 1919

Référence à citer / To be referenced as :

Christian Lassure
Du planétarium « dans une borie (ou capitelle) » à la cabane en forme de casque macédonien à pointe (From the planetarium "inside a borie (or capitelle)" to the Macedonian spiked helmet-shaped hut)
http://www.pierreseche.com/pastiches_de_cabanes.html
10 avril 2019

page d'accueil                    sommaire mythes                    La cabane qui valait 1 million de francs