L’ARCHITECTURE VERNACULAIRE

DES PAYS DU CENTRE AU XIXe SIÈCLE

Christian Lassure

Version anglaise

 

L'actuelle région du Centre regroupe les entités historiques que sont le Berry, l'Orléanais, le Blésois et la Touraine. Ces entités se subdivisent en une vingtaine de pays différenciés par la géologie, le relief, le paysage, etc.

Même si le XIXe siècle a vu une extension du faire-valoir direct, l'habitat rural d'une bonne partie des pays du Centre porte la marque du mode d'exploitation de la terre qui a régné aux XVIIe et XVIIIe siècles : le faire-valoir indirect, où le propriétaire d'un "domaine" baille celui-ci, en métayage ou en fermage, à un paysan – le "maître" – qui dirige domestiques, valets et manouvriers.

Le domaine s'incarne dans la ferme à cour centrale – ouverte ou fermée – et à vaste grange. C'est le cas dans l'Orléanais, la Sologne, la Beauce chartraine, le Berry, la Brenne tourangelle. En Sologne, deux lignes de bâtiments encadrant la maison d'habitation, délimitent une cour ou « aireau » qui n'est jamais complètement fermée : d'un côté la grange avec son auvent abritant l'aire à battre, de l'autre les écuries ou la bergerie. La cour est en forme de cuvette pour la préparation du fumier. Dans le Berry, la cour est entourée de bâtiments sur les quatre côtés, un passage étant toutefois ménagé à chaque angle : il s'agit en fait d'une ancienne cour commune aux habitants d'un hameau dont les maisons, sauf une, ont été transformées en dépendances. Dans la Beauce chartraine, la cour est complètement fermée; l'accès unique est un porche charretier accoté d'une entrée piétonne.

Cour centrale de la ferme d'un domaine à Souesmes (Loir-et-Cher) :

Les bâtiments qu'on aperçoit sont des dépendances : écuries à gauche et grange à droite (reconnaissable à son haut portail). Les murs sont en pans de bois, les toitures sont en tuiles plates (ayant vraisemblablement remplacé du chaume).

Carte postale de la 1re décennie du XXe siècle.

Dans ces fermes, la maison d'habitation, toujours à façade en gouttereau, obéit à divers types de plan :
- maison sans étage, à pièce unique, au gouttereau-façade percé d'une porte et d'une fenêtre, sous bâtière de tuiles plates ou de chaume avec lucarne-porte;
- maison double, abritant deux ménages;
- maison à couloir central, avec d'un côté le logis du propriétaire, de l'autre celui du fermier.

Un élément fonctionnel et architectural important du domaine est la grange, dont le type le plus remarquable et le plus ancien est celui à nef et bas-côtés et à charpente à couples de poteaux, présent en Sologne, dans la Champagne berrichonne et dans le Pays Fort.

Dans l'Orléanais, la Sologne et le Berry, l'exploitation du domaine se faisait à l'aide de l'abondante main d'œuvre des locaturiers habitant dans les hameaux ou villages à proximité. L'habitation du locaturier – la locature – était une maison basse, à pièce unique, prolongée d'une étable à un bout et flanquée, à l'autre bout, d'un four adossé à la cheminée intérieure. Emergeant du haut du gouttereau-façade, une lucarne-porte avec échelle à demeure, donnait accès au grenier. Contre la paroi intérieure, à côté de l'entrée, était ménagé un évier rudimentaire, ou bassie, en pierre ou en briques. Il était courant d'avoir deux locatures jumelées, voire toute une série alignées à la sortie d'un bourg.

Maisons de type « locature » en Berry :

Il s'agit de maisons basses (sans étage), à façade en gouttereau, construites en pans de bois sur solin de briques jaunes, avec remplissage de briques plates disposées en épis verticaux. La maison de gauche se décompose en une pièce unique (à droite) et une annexe (à gauche). La cheminée, d'après la position de sa souche, est adossée à un refend intérieur.

On peut penser que les tuiles de couverture ont remplacé un chaume de glui et les briques plates du remplissage ont succédé à du torchis.

Carte postale colorisée de la 1re décennie du XXe siècle (éditeur : Lenormand, Orléans). La même carte colorisée se rencontre affublée de la légende «EN SOLOGNE. - Intérieur de ferme ».

Apparues au XVIIe siècle, les locatures sont devenues des « fermettes » indépendantes au XIXe siècle et se sont confondues avec les petites exploitations en faire-valoir direct nées de la vente des Biens Nationaux et alignant habitation et dépendances en un seul corps de bâtiment, en particulier dans les pays de bocage mariant élevage et polyculture.

L'habitat rural des pays du Centre ne se limite pas au couple domaine-locatures et à la « fermette »; citons également :
- dans le Sancerrois, la maison de vigneron, soit pièce unique sur cave creusée, soit « longère » avec cellier en basse goutte;
- dans le Val d'Orléans, la closerie, maison de vigne construite par un bourgeois de la ville logeant à l'étage, le bas étant réservé à un ouvrier ou closier;
- dans les « îles » de basse Touraine, la maison de chanvrier, maisonnette à pièce unique, aux murs de tuffeau, sous bâtière de tuiles plates (le chanvre étant entreposé dans le comble et séché dans un four à pain appuyé contre un pignon);
- le long de la Loire, la maison de marinier, bâtisse bourgeoise en pierre de taille, superposant étage d'habitation avec escalier extérieur et rez-de-chaussée à usage d'entrepôt;
- en Sologne, la maison de garde-chasse, maisonnette en briques, à deux pièces, construite par un propriétaire de château.

Une place à part revient aux habitations troglodytiques ou caves demeurantes, creusées dans les falaises de « tuffeau » des coteaux de la Loire et de ses affluents, dans le Vendômois et en Touraine. Si avant le XVIIe siècle toutes les classes sociales ont eu recours à cet habitat, il a été par la suite progressivement abandonné à la population la plus pauvre ou relégué à des fonctions annexes.

Caves fortes à Villaines-les-Rochers (Indre-et-Loire) :

Des vanniers sont occupés à tresser des paniers en oisier sur l'aire s'étendant devant deux habitations creusées dans la falaise rocheuse et partageant une même façade enduite de mortier et coiffée d'un bandeau faisant office de larmier.

L'osier était conservé dans des caves car il y conservait une certaine humidité favorable au tressage.

Carte postale de la première décennie du XXe siècle.

Enfin, il faut mentionner tout un habitat temporaire lié aux activités viticoles et forestières :
- cabanes en pierres sèches (vignoble de Châteauneuf-sur-Cher),
- maisonnettes de vigne ou loubites (Touraine);
- abris semi-enterrés de bûcherons ou culs-de-loups (Sologne);
- hangars en matériaux végétaux ou loges (Touraine, Berry).

Loge de vigne au lieudit Marigny à Châteauneuf-sur-Cher (Cher) :

Bâtie en pierre sèche sur un plan circulaire, la cabane est partiellement enterrée, l'accès se faisant par une rampe perpendiculaire à l'entrée. La partie conique de l'édicule a un revêtement de pierres au parement taillé en biseau.

Photo de la fin des années 1970 (Christian Lassure).

La région du Centre a vu, au XIXe siècle, un important mouvement de reconstruction de son habitat rural, caractérisé par la généralisation des matériaux extraits de carrières ou produits industriellement.

Le pan de bois hourdé de torchis, sur solin de rognons de silex ou de briques, a été le matériau de construction des bâtiments ruraux en Sologne, en Puisaye, dans le Perche, en Gâtinais et dans le Pays Fort jusque vers 1840, qu'il s'agisse du pan de bois à grille de potelets ou du pan de bois à petits cadres superposés. À partir de cette date, la brique s'est généralisée, en particulier en Sologne et dans le Perche, d'abord en remplacement du torchis des pans de bois (appareils en boutisses disposées à plat ou « en feuilles de fougères »), puis gagnant les pays riverains, dans l'édification de la totalité des murs (décors de losanges en briques flammées).

En Berry, en Touraine et dans une bonne partie de l'Orléanais, la pierre calcaire extraite de carrière s'est imposée : moellons irréguliers, laissés apparents ou crépis dans la Beauce, le Berry, le nord du Gâtinais, mais surtout le tuffeau en blocs taillés appareillés, omniprésent du Vendômois à la Touraine.

Sur les toitures, le glui et les bardeaux ont été remplacés par les tuiles plates et les ardoises qui supportent les mêmes pentes raides. L'ardoise, importée d'Anjou par voie fluviale ou par chemin de fer, s'est imposée surtout en Touraine et dans le Val de Loire.

Une ferme du Berry :

On distingue, à gauche, une maison d'habitation qui est encore une chaumière, et, à droite, une grange reconnaissable à son porche extérieur au toit en bâtière.

Cette gravure est accompagnée d'un commentaire de tonalité hygiéniste : « La ferme du Berry est un type que l'on rencontre encore partout. Les toits sont en chaume, une étincelle peut les enflammer. (...) Le fumier, cette source de toutes richesses, négligemment amoncelé au milieu de la cour, est lavé par la pluie, remué sans cesse par la volaille, desséché, brûlé par le soleil. (...) La maison d'habitation, si on peut appeler ainsi cette masure, ouvre sa porte et son unique fenêtre mal close sur la basse-cour ».

Gravure tirée de l'article « Les deux fermes » publié dans la revue Le Magasin Pittoresque, 27e année, 1859, p. 59-61.

BIBLIOGRAPHIE

BAILLY, Pierre, 1969, 'Notes sur l'habitat rural traditionnel dans le nord du département du Cher', in Cahiers d'archéologie et d'histoire du Berry, No 16, pp. 15-27 (Bourges : Archives Départementales)

EDEINE, Bernard, 1974, La Sologne, tomes 1 et 2 (Paris-La Haye : Mouton)

GAY, Fran‡ois, 1969, 'La maison rurale à cour ouverte du Berry', in Norois, No 63-63 bis, pp. 101-107 (Poitiers : Revue géographique de l'Ouest)

SARAZIN, André, et JEANSON, D., 1976, Maisons rurales du Val de Loire : Touraine, Blésois, Orléanais, Sologne (Ivry : SERG)

LASSURE, Christian, 1981, 'A propos des "maisons-halle" du Berry', in L'Architecture Vernaculaire, tome 5, pp. 33-34 et 57-58 (Paris : CERAV)

ZARKA, Christian, 1982, Berry, L'Architecture rurale française, corpus des genres, des types et des variantes (Paris : Berger-Levrault)


Pour imprimer, passer en mode paysage

© CERAV
Le 9 septembre 2006 - Complété le 28 janvier 2010.

Les références du présent article seront données comme suit :
Christian Lassure
L'architecture vernaculaire des pays du Centre au XIXe siècle
http://www.pierreseche.com/centre_region_fr.htm
9 septembre 2006

page d'accueil          sommaire architecture vernaculaire