REVUE EN LIGNE « L'ARCHITECTURE VERNACULAIRE »


Appel à communications

« L'architecture vernaculaire » est une revue fondée en 1977, centrée sur la production de l’espace construit en milieu rural. Elle réunit des études de cas, bâtiments isolés ou séries, dispositifs habités permanents ou temporaires, et met l’interrogation de ces objets au carrefour multplidisciplinaire imaginé au début des années 1980, à travers la fondation du concept de patrimoine ethnologique par Isac Chiva. En dépit de cet appel à coopérer entre disciplines – anthropologie, géographie, histoire, archéologie notamment – il fut longtemps difficile d’ériger l’architecture vernaculaire comme champ de recherches sérieuses, autonome des discours dominants : « valorisation patrimoniale » et son cortège de représentations d’une part, abstractions parfois excessives dans le propos théorique, insuffisamment nourri par l’observation des objets d'autre part.

Depuis peu de temps, textes et colloques traduisent un regain d’intérêt, un retour au terrain, une nouveauté et un élargissement des champs spatiotemporels de la recherche. Il ne manque aujourd’hui ni de chercheurs, ni de sujets. « L'architecture vernaculaire » , en tant que revue en ligne, offre à présent aux recherches la possibilité de s’exprimer, de se diffuser et de se confronter de manière régulière, sur un support permettant la rapidité de publication, sans contrainte lourde sur la dimension des textes et leur densité iconographique.

La ligne éditoriale de ce numéro 33, qui est aussi le numéro 2 d’une formule renouvelée, nous amène à solliciter des textes qui, s’ils resteront fondés sur des études de cas, comporteront deux parties générales : l’une introductive d’ordre épistémologique permettant au lecteur de situer le point de vue de l’auteur ; l’autre conclusive, autant que possible comparative, dans le temps et dans l’espace, mettant en évidence l’apport de cette étude de cas à la connaissance générale. En respectant cette construction, l’auteur autorisera un public élargi à des non spécialistes à tirer le meilleur profit de sa contribution.

Marc Grodwohl

Retour au sommaire