COMPTE RENDU

Michel Rouvière, Aménagements hydrauliques dans le bas Vivarais :

l’exemple du réseau de Boude (commune de Vinezac),

dans Mémoire d’Ardèche et Temps Présent, No 11-12, automne 1986, pp. 47-55

 

Parution initiale dans L’Architecture vernaculaire, tome XII, 1988

Monsieur Michel Rouvière, bien connu des lecteurs de la présente revue, a choisi ici un thème d’étude inédit, celui des réseaux d’irrigation à usage horticole présents le long de ruisseaux de la commune de Vinezac en basse Ardèche. Abandonnés à partir des années 1950-1960, ces vestiges sont aujourd’hui sur le chemin de la ruine. L’auteur fait donc appel à ses souvenirs personnels et familiaux, les combinant à une investigation archéologique sur le terrain et aux archives pour restituer l’environnement, la morphologie, le fonctionnement et les modalités d’utilisation de ces réseaux à partir de l’exemple du ruisseau dit de Boude.

Ce réseau est alimenté par une source qui continue de couler pendant les sécheresses estivales. Son cours était interrompu par sept barrages, appelés localement « pansaïres » ou « planches », termes qui renvoient à des ouvrages faits de pieux, aujourd’hui disparus. Les barrages subsistants sont en voûte, bâtis à grosses pierres maçonnées, ne dépassant pas 15 m de largeur pour une hauteur de 1 à 2 m, le mur de parement étant incliné pour faire contrefort. La retenue en amont ou « gour » alimentait un fossé d’irrigation – « béal » ou « béalière » – parfois deux (de part et d’autre du ruisseau en aval), creusés dans la terre sur une profondeur de 30 à 60 cm et parfois bordés d’une murette en pierre sèche. Ces « béalières » permettaient d’irriguer prés, jardins et terres bordant le ruisseau ou « vallat », principalement en été, en attendant les orages de fin de saison. Pour parfaire sa démonstration, Michel Rouvière joint un schéma des aménagements hydrauliques que nous reproduisons ci-dessous.

L’utilisation de l’eau était régie par des modalités précises dont l’auteur a retrouvé la trace dans des archives notariales. Si le XIXe siècle a été l’âge d’or de ce réseau, sa création semble remonter à la fin du XVIe siècle, lorsque les Vinezacois commencèrent à s’établir hors des murs du castrum. Voilà donc une étude originale qui ouvre la voie d’une archéologie agraire prometteuse.


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV

Référence à citer / To be referenced as :

Christian Lassure
compte rendu de Michel Rouvière, Aménagements hydrauliques dans le bas Vivarais : l’exemple du réseau de Boude (commune de Vinezac), dans Mémoire d’Ardèche et Temps Présent, No 11-12, automne 1986, pp. 47-55
http://www.pierreseche.com/amenagements_hydrauliques.htm

Parution initiale dans L’Architecture vernaculaire, tome XII, 1988, p. 95

page d'accueil          sommaire architecture vernaculaire