L'ARCHITECTURE VERNACULAIRE

 

     

 

ISSN  2494-2413

TOME 44- 45

2020 - 2021

Louis Cagin

RESTAURATION DE LA CABANE DE BERGER DE L'HIVERNET À EMBRUN (HAUTES-ALPES)  (2016-2018)
 

 

Introduction

La restauration de la cabane de berger en pierre sèche de L’Hivernet sur les alpages d’Embrun dans les Hautes-Alpes  s’est déroulée de 2016 à 2018 à l’initiative du Parc national des Écrins avec les associations Le Gabion et Une pierre sur l’autre. Elle a nécessité trois interventions sur site, les 24 et 25 août 2016, du 22 au 25 mai 2017, puis les 30 juin et 1er juillet 2018.

1. Localisation sur Géoportail

1.1 Hier

Fig. 1 - La cabane dans son état initial le 24 août 2016 (© Sandrine Raymond).

Sur la carte de Cassini en 1740 (référencée Briançon N°151 sur Géoportail), L’Hivernet est indiqué mais il n’y est pas fait mention de bâti. Une cabane est indiquée plus haut à la Rabière, près du ruisseau des Rabions (nommé torrent de la Rabière sur la carte IGN actuelle).

Sur la carte d’État-Major de 1866 (section de Gap), le versant est nommé l’Uvernet et il n’est fait mention d’aucune cabane.

Des vues aériennes de 1952 sont visibles sur le site de Géoportail, je n’ai pu les interpréter.

Il serait également intéressant de consulter le fonds de l’aérophotothèque à Aix-en-Provence : http://ccj.cnrs.fr/spip.php?rubrique74

De mémoire orale, ce cabanon aurait servi d’abri jusqu’à la construction du nouveau en 1950 environ [1].

1.2 Aujourd’hui

Fig.2 - Cabane entièrement restaurée (© Louis Cagin).

Sur la vue aérienne http://geoportail.fr/url/7FBFsa on peut voir, non loin de la cabane, trois rectangles qui semblent indiquer des fondations d’enclos ou de cabanes.

La carte IGN actuelle indique cette cabane : http://geoportail.fr/url/7FB7cJ, ainsi que la nouvelle.

Lien vers la carte géologique : http://geoportail.fr/url/7FB7cH

Les recherches cadastrales restent à faire.

Victor Zug a modélisé la cabane en 3D : https://sketchfab.com/models/3ca4cbc6c4f7497eaaac81022948b3d1

1.3 La pierre

Il s’agit de pierres d’origine micro-locale, grès jaune, calcaire marneux, lauzes, toutes viennent des bancs de la falaise qui surplombe la cabane (fig. 3).

Fig. 3 - Les strates géologiques de la falaise (© Louis Cagin).

2. État des lieux et questionnements

2.1 La voûte

La cabane de berger de L’Hivernet est composée d’une voûte en plein cintre en pierre sèche partiellement enterrée. Le demi-cylindre qu’elle dessine est orienté nord-sud et définit l’espace habitable de la cabane.

La partie nord est partiellement enterrée, la partie sud largement ouverte aux rayons du soleil.

La voûte en elle-même ne présente pas de signe de ruine ni d’affaissement. Elle est très saine même s’il est possible qu’elle présente une légère déformation aux coins nord-ouest et sud-est de l’intrados (fig. 6). Celui-ci ne présente aucun signe de crépi ou de liant, non plus que de terre, les pierres sont brutes, il est totalement en pierre sèche. Au niveau de l’extrados, les pierres ont été laissées en saillie (fig.1 et 5), leurs joints sur la moitié sud sont exempts de terre et de granulat à notre arrivée ; la moitié nord, quant à elle, est entièrement recouverte de terre engazonnée.

Fig. 4 - Croquis de relevés (© Sandrine Raymond).

 

Fig. 5 - L’extrados sud (© Louis Cagin).

La voûte est entièrement autoporteuse et désolidarisée des murs qui l’encadrent et qui ferment la cabane : au fond (fig. 6) et en façade (fig. 5) mais également sur les deux autres côtés. Il est ainsi certain que la voûte a été construite indépendamment et avant les autres éléments.

Fig. 6 - Intrados et appareillages qui forment la voûte où s’y accolent  (© Sandrine Raymond).

Cette voûte est ainsi la structure première du bâtiment. Il est donc possible d’imaginer que sa destination initiale était  non pas une cabane de berger mais par exemple une bergerie couverte près d’une cabane aujourd’hui disparue.

L’appareillage des pierres de la voûte laisse apparaître un sabre irrégulier dans la structure maçonnée. Il correspond à une reprise, soit pour agrandissement ou à la suite d'un état de ruine partielle de celle-ci (fig. 7 à 9) d’après le raccord, la partie du fond serait alors antérieure.

Nous nous sommes posé la question de l’utilisation de terre sur la voûte comme isolant entre celle-ci et les lauzes composant la toiture, rien ne nous a permis de répondre et cette question reste ouverte [2].

Fig. 7 - Coup de sabre d'un côté (© Louis Cagin).

 

Fig. 8 - Vue de l’intérieur (© Louis Cagin).

 

Fig. 9 - Coup de sabre de l'autre côté (© Louis Cagin).

2.2 Les murs extérieurs

Les quatre murs extérieurs sont d’appareillage et de nature très différents.

Le mur nord (fig.6) est un soutènement en pierre sèche classique, il est accolé à la pente et retient le sol. Il fait ventre et menace de s’effondrer. Il s’inscrit sous la voûte, mais sans se croiser avec elle, il a de fait été érigé après la construction de celle-ci.

Fig. 10 - Extérieur de la cabane au nord (© Sandrine Raymond).

 

Fig. 11 - Le toît de la cabane vue depuis l'amont (© Maxime Pottier).

 

Fig. 12 - Inscription initiale de la cabane dans la pente (© Louis Cagin).

Les deux murs latéraux sont en mauvais état mais toujours en place à notre arrivée (fig. 1). Ils sont également en pierre sèche. Peu hauts, ils jouent le rôle de contreforts en encadrant la voûte à l’endroit où elle pousse latéralement.

Ils ont également l’utilité de préparer la pose des lauzes de toiture et d’éloigner de l’intérieur de la cabane le ruissellement des eaux de pluie. Lors de leur réfection, aucun indice de croisement structurel avec la voûte n’a été trouvé. Les deux murs ont été restaurés lors de la première intervention (fig.13).

Fig. 13 - Mur latéral ouest restauré  (© Maxime Pottier).

La façade est un mur à double parement installé au sud de la voûte (fig. 1, 4, 5 et 13). Il est jointif avec celle-ci mais la voûte s’arrête net à son endroit et son appareillage ne croise nulle part avec elle (fig.1 et 5).

Une ouverture centrale permet d’accéder à l’intérieur de la cabane. Aucun indice retrouvé ne permet de dire si une porte était installée et quel système était employé pour ce faire. Cette ouverture est encadrée par deux chaînages d’angle, lesquels ont été renforcés et recalés lors de notre intervention, et par un linteau monolithe (millésimé 1617 ?) sur lequel nous ne sommes pas intervenus. À noter, à l’entrée, une pierre plantée assez profondément, que nous avons laissée en place.

Les traces d’un fenestron étaient encore décelables à notre arrivée, il a été restauré selon les dimensions encore observables en façade grâce à son linteau gravé (fig.15 et 53). De mémoire orale, ce fenestron a servi à faire passer le tuyau du poêle. Nous y avons inséré un « cercle de poêle » retrouvé lors de notre action.

Fig. 14 - L’affaissement (© Louis Cagin).

 

 

Fig. 15 - Fenestron et son linteau en équilibre à la suite de l’affaissement (© Louis Cagin).

L’angle sud-ouest était très endommagé à la suite d'un affaissement et d'un basculement avec pendage avec contrefruit de la pierre d’angle en fondation. Tout l’angle sud-ouest avait été emporté et était ruiné au-dessus de 60 cm, ce qui impliquait la partie sud du mur latéral, le pignon ouest du mur de façade, intérieur et extérieur. Il a été restauré entièrement lors de la première intervention à l’exception du jambage de l’ouverture qui est resté en place et à juste été recalé (fig.14).

À l’angle sud-est, le pignon a été rehaussé pour permettre la symétrie en façade et respecter la hauteur induite par les pierres d’angle, action qui a créé un décrochement entre le mur et la couverture de lauzes (fig.17). La façade a ainsi repris un aspect équilibré, le linteau d’origine a été surmonté d’un petit linteau posant sur des billettes afin d'alléger la charge du premier. Ce deuxième linteau a été choisi sur un tas de pierres disposé devant la cabane, certainement originaires d’une intervention antérieure sur l’ouvrage, il est millésimé d’un graffiti, S.L.1938 (fig. 16).

Fig. 16 - Double linteau (© Sandrine Raymond).

 

Fig. 17 - Décrochement (© Sandrine Raymond).

2.3 L’intérieur

Le sol est recouvert d’une épaisse couche de terre très humifère (fig. 6). Un sondage a permis de découvrir qu’une ancienne installation de dalles était encore en place un peu plus profondément. L’extérieur de la cabane a lui aussi été dallé de façon à aménager une terrasse devant l'entrée.

Plusieurs niches sont réservées dans la voûte, elles semblent avoir été construites simultanément, certaines ont été bouchées en raison de la fragilité de leur linteau. Nous en avons bouché une pour cette même raison. Deux niches sont encore opérationnelles après notre passage (fig. 18).

Plusieurs bouts de bois plantés dans les joints de la voûte indiquent d’anciennes fixations ou patères. La présence de manques dans l’appareillage des pierres de la voûte à une certaine hauteur de chaque côté pourrait indiquer la mise en place de bois traversants pour aménager des accroches ou autres. À noter une pierre percée en sommet de voûte.

Fig. 18 - Niche avant restauration (© Sandrine Raymond).

Si la couverture semble avoir été composée de lauzes placées directement sur l'extrados de la voûte, aucune trace d’appareillage ou d’installation de pierres n’a été retrouvée en interface voûte/couverture à notre arrivée. La possibilité de pose sur de la terre reste une hypothèse peu crédible sauf sur la partie nord-est de la toiture, où la présence de terre semble due à l’inscription du bâti dans la pente de la montagne. Les lauzes placées en couverture y étaient encore lisibles (fig. 17 et 9). Le doute est néanmoins permis quand on observe l’état de « propreté » de la voûte dans la partie sud, où seules les claveaux sont présents et où des traces de terre bouchent le fond des joints (fig. 1).

Si l’on se réfère à la partie nord-est, qui est au niveau du sol du fait de la pente, il est également possible d’émettre l’hypothèse d’un recouvrement des lauzes par de la terre engazonnée, en guise de protection et/ou d'isolation.

Fig. 19 - Mise à jour de la couverture résiduelle à l'angle nord-est (© Maxime Pottier).

3. Les restaurations

Notre première action en 2016 a permis d'entamer le travail de couverture de la cabane. Il est à noter que nous avons alors consommé la totalité des lauzes présentes sur le site pour ne couvrir que moins de la moitié de l’ouvrage. Ceci nous semble dû à la technique que nous avons employée, nous attachant à réaliser une couverture très régulière et soignée de lauzes jointives « en rectangle » (fig. 11 et 17).

Nous avons repris l’angle sud-ouest et le mur ouest (fig. 13 à 15). Nous avons restauré le pignon de la façade (fig. 13 et 20).

Fig. 20 - État de la cabane à la fin de la première intervention  (© Maxime Pottier).

Notre deuxième action en 2017 est programmée pour restaurer le mur de soutènement du fond de la cabane et pour achever la couverture, ce qui nous amène à étudier plus précisément l’intérieur du bâtiment.

3.1 L’intérieur

Côté nord, le mur intérieur est un soutènement qui retient le talus dans lequel s’enterre la cabane. Le mur fait ventre et menace de s’effondrer, raison pour laquelle la bergère n’utilise plus lcet espace. Nous dégageons le mur en fondation.

Fig. 21 - Plan des structures au sol (mai 2017) (© Louis Cagin).

 

Fig. 22 - Intérieur avant restauration (© Louis Cagin).

 

Fig. 23 - Intérieur après restauration (© Louis Cagin).

Les pierres de fondation sont en contre-pendage et ont initié le ventre. Nous les conservons en place et prenons le parti d’avancer le parement en prenant appui sur les pierres plantées des anciens aménagements du sol afin de réinstaller notre première assise avec le pendage nécessaire (tracé en vert et en bleu sur le croquis de la fig. 21).

Fig. 24 - Mur du fond décaissé, la partie à droite a été conservée (© Louis Cagin).

Le démontage du mur nous a permis d’observer les éléments de sa structure et de sa méthode constructive. L’appareillage est composé de pierres assemblées selon des lignes d’assises régulières à plat. Les plus gros volumes sont placés en parement, l’arrière du parement est appareillé de façon jointive avec les pierres plus informes et de moindre volume. Des pierres placées moins serrées poursuivent vers l’arrière cette épaisseur d’appareillage. Ce système constructif est typique des murs de soutènement à simple face dont l’appareillage n’est pas arrêté franchement à l’arrière du mur et s’effiloche dans le drain qui le poursuit. Le passage de l’appareillage au drain se fait en continuité.

Fig. 25 - Mur du fond en cours de terrassement (à noter la roche à gauche) (© Louis Cagin).

 

Fig.26 - Vue en coupe de la partie conservée du mur du fond (© Louis Cagin).

Le mur mesure 1,90 m depuis le haut du sol dallé « d’origine » jusqu'au point haut de la voûte, distance à laquelle il convient d’ajouter la hauteur des pierres de fondation sur lesquelles nous ne sommes pas intervenus pour profiter du tassement du sol et ne pas l’ameublir. Nous n’avons donc pas pu analyser la technique employée en fondation et d’éventuels dispositifs de drainage installés à leur niveau.

Il est à noter que le mur n’est pas solidaire de la voûte. Sur ses bords, les pierres du mur sont en simple contact latéral avec l’intrados, en haut de mur aucun contact d’appui n’est installé entre la voûte et le mur. Il s’agit de deux structures voisines mais complétement indépendantes.

3.2 Épaisseur et structure

En bas de mur, sur le premier mètre, nous n’avons pas démonté la totalité de la structure dans l’épaisseur devant le risque de devoir décaisser trop profondément en haut de mur. Nous avons découvert plusieurs horizons derrière l’appareillage :
- une roche affleurant à gauche en milieu de hauteur (fig. 25),
- des espaces de terre,
- d’autres de drain de pierres.

Notre méthode de terrassement et de restauration ne nous pas permis d’analyser complètement comment la cabane a été implantée dans la pente originelle du sol. De ce fait, les pierres de l’arrière en bas du mur n’ont pas été touchées et ont été laissées en place telles quelles, c’est à dire posées à la façon d’un drain (appareillage ne privilégiant pas les contacts latéraux entre les pierres pour permettre une meilleure aération).

Ces pierres étaient de taille relativement importante (granulométrie moyenne de 7cm à 15cm avec présence de quelques gros volumes). Nous avons noté que l’espace entre les pierres n’était, à cette profondeur, pas encore comblé par les particules de sol. L’espace-mur une fois restauré sera donc profond et continuera à drainer fortement la partie enterrée de la cabane.

Fig. 27 - Mur du fond en cours de remontage (© Louis Cagin).

En fait, le sol gonflé d’eau était encore gelé en profondeur lorsque nous avons débuté le terrassement. Notre action a accéléré le dégel et nous avons été confrontés tout au long de la restauration à des effondrements. Les parties terre et les parties drain colmaté par des particules de sol qui surplombaient notre chantier se détachaient régulièrement et pouvaient couler sur notre appareillage si nous ne l’anticipions pas. Cet aléa nous a permis de comprendre que la façon dont avait été installés cette terre et ce drain en surplomb du mur avait certainement un rapport avec la donnée climatique. La structure ainsi découverte est originale : le mur (en tant qu’entité constituée de pierres, appareillage, drain compris) se réduit en profondeur très rapidement à partir d’1,20 m de hauteur pour ne mesurer qu’une vingtaine de centimètres en haut de mur

Seule subsiste alors la partie appareillée en parement qui se trouve directement en contact avec de la terre (fig. 28 et  29). Cette terre est de matière fine et très homogène. Elle a, à l’évidence, été installée dans l’espace puisqu’elle se trouve très clairement confinée d’une part, côté habitat de la cabane, par l’appareillage, et d’autre part, côté talus, par un dispositif de lauze placées comme en couverture afin de diriger les écoulements d’eau. Ce dispositif de lauzes est lui-même recouvert et chargé d’un espace rempli de petits cailloutis (granulométrie de 2 à 7 cm) qui en fait une zone fortement drainante (fig. 24, 25 et 27). Au niveau du raccord entre la voûte et le haut de l’appareillage du mur, nous avons observé un point d’assemblage de petites lauzes qui indique le soin qui a pu être apporté à la construction de ce dispositif (fig. 30).

Fig. 28 - Coupe du mur du fond (© Louis Cagin).

 

Fig. 29 - Vue de face du haut de mur lors du terrassement (© Louis Cagin).

Ce dispositif nous indique que l’arrière de la cabane était décaissé lors de sa construction et qu’il a été structuré par ces aménagements de l’extérieur pour la gestion de l’eau et des aléas climatiques.

Une fouille de l’arrière de la cabane permettrait de comprendre la technique d’implantation d’un tel ouvrage dans la pente de la montagne, de décrire l’ampleur du terrassement nécessaire et de lire les divers dispositifs liés à la gestion de l’écoulement de l’eau et d’isolation au gel.

Il nous a été impossible de reproduire ce dispositif à partir de l’intérieur de la cabane. La construction du mur, en fermant l’espace sous la voûte, nous a empêché d’accéder à l’espace arrière que nous avons comblé comme nous avons pu. Il est évident que seul un décaissement depuis le haut permettrait de le reproduire. Ces structures sont donc à considérer comme éléments à reprendre lors des travaux de couverture et non comme nous l’avons fait depuis l’intérieur.

Il faut également noter que nous n’avons pas trouvé la totalité de cette structure en place lors du terrassement telle que décrite (fig. 31) . En partie haute de la voûte, aucune lauze ne poursuivait celles observées sur les côtés. Soit elles n'y ont jamais été installées, soit un décaissement précédent lors d’une restauration de couverture ne les y pas replacées, soit enfin une précédente reprise partielle du mur depuis l’intérieur a déjà eu lieu.

Fig. 30 - Assemblage de lauzes (© Louis Cagin).

 

Fig. 31 - Structure du haut du mur (© Louis Cagin).

3.3 Le sol

À notre arrivée, l’espace intérieur est recouvert d’une épaisse couche de sol très humifère issu des déjections du troupeau, couche dans laquelle se trouvaient de nombreuses lauzes. Les travaux de décaissement du mur du fond afin d’en dégager les fondations nous ont permis de découvrir que plusieurs niveaux de lauzes se succédaient [3] jusqu’à une ancienne installation de dalles encore en place plus profondément que nous avons interpréter comme « pose d’origine ». Il faut noter que l’extérieur de la cabane semble lui aussi avoir été dallé, aménageant ainsi une terrasse devant la porte.

Notre première action a consisté à décaisser le sol jusqu’à retrouver le niveau des dalles d’origine (fig. 32). Ces dalles, elles aussi lauzes d’ardoises, sont néanmoins plus épaisses et d’une surface moyenne moins grande que celles choisies pour la couverture.

Aucun artéfact particulier n’a été repéré lors de ces travaux.

Une fois le niveau décaissé jusqu’aux dalles d’origine (fig. 33), nous avons soulevé l’une d’entre elles au fond à droite de la cabane vers les pierres plantées. Nous avons tout de suite remarqué la différence d’horizon du sol qui a confirmé notre intuition d’être au niveau du dallage « historique ». Nous avons récolté des tessons d’une fiole visibles sous la dalle (fig. 34), puis avons aussitôt replacé la dalle.

Fig. 32 - Décaissement du sol (© Louis Cagin).

 

Fig. 33 - Sol de dalles d’origine décaissé (© Louis Cagin).

 

Fig. 34 - Tessons de fiole en verre (© Louis Cagin).

 

Fig. 35 - Charbon de bois (© Louis Cagin).

 

Fig. 36 - Dalles rehaussées et plantées de la zone du poêle (© Louis Cagin).

 

Fig. 37 - Zone rehaussée à droite en entrant  (© Louis Cagin).

 

Fig. 38 - Pierres dressées au fond à droite (© Louis Cagin).

 

Fig. 39 - Dalles rehaussées et plantées au fond à gauche (© Louis Cagin).

Le sol ainsi découvert a permis de lire la trace d’anciens aménagements mobiliers (fig. 21) :
- quid des angles à l'entrée à droite (niveau des dalles rehaussées, fig. 36) et au fond à gauche (dalles rehaussées et plantées,  maintenant recouvertes par le mur du fond restauré fig. 39) ?
- à l’entrée à gauche : l’espace est évidemment dédié au poêle (fig. 35 et 36) ;
- au fond à droite : espace table ou garde-manger ? Nous avons interprété les pierres plantées comme emplacement des pieds d’une possible table (fig. 38). Une grande lauze rectangle épaisse, récoltée lors du décaissement, y a été placée et correspond exactement en dimensions (fig. 23). Cet espace est surplombé du seul graffiti retrouvé sur les pierres du parement de la voûte de la cabane. Le mur est là également aménagé d’une niche correspondant à la taille d’une bouteille (fig. 40-41 et 21) ;
- où se situait la couchette ? À l’entrée à droite, face au poêle, nous semble une hypothèse envisageable appuyée par la réhausse au sol et les niches dans la voûte.

Fig. 40 - Les initiales A H (© Louis Cagin).

 

Fig. 41 - La niche (© Louis Cagin).

Nous avons fini en recouvrant le sol de terre pour sa protection (fig. 23).

3.4 La couverture

Simultanément aux travaux de restauration du mur, une équipe s’est occupée à poursuivre la restauration de la couverture commencée l’an passé. Ceci a été largement rendu possible par la récupération de lauzes d’ardoises placées au sol de la cabane. Beaucoup étaient gravées.

Nous n’avons pas installé de terre sur l’extrados de la voûte pour caler les dalles, le choix a été fait d’utiliser les cailloutis environnant pour ce faire, ce qui a largement contribué à nettoyer l’alpage aux alentours de la cabane.

Le chantier est naturellement reparti sur les bases qui avaient été mises en place l’an passé mais nous avons changé le mode d’appareillage pour une pose « en losange » irrégulière et non jointive plutôt qu’en « rectangle » régulière et jointive.

La réserve de lauzes n’a pas permis de finir, un quart de la face reste à couvrir, nous y avons replacé les tôles en métal.

Fig. 42 - Face ouest de la couverture finie (© Louis Cagin).

 

Fig. 43 - Les lauzes extraites du sol sont entassées devant la cabane (© Louis Cagin).

 

Fig. 44 - L’équipe à l’œuvre (© Louis Cagin).

Notre troisième action en 2018 est programmée pour finir la restauration en terminant la couverture. La réserve de lauzes disponibles n’étant pas suffisante, nous avons cherché alentour et exploré la falaise. Certains de ses lits étaient composés de lauzes identiques à celles utilisées initialement pour la cabane. Cette recherche nous a permis de répondre à la question de l’origine des pierres de la cabane et de confirmer qu’elles étaient bien issues des différentes couches géologiques découvertes par la coupe de la falaise (fig. 48). Idem pour le linteau millésimé de 1617 (?) qui a donc dû être choisi, taillé et travaillé sur place (nous espérons enrichir ce compte rendu de l’avis d’un géologue sur ces points).

Nous avons recueilli les pierres à lauzes tombées ou détachées de la falaise (fig. 48). Les pierres brutes ont nécessité un travail de reprise pour devenir des lauzes appareillables : délitage des bancs pour obtenir des épaisseurs plus fines puis reprise des bords des lauzes en les biseautant pour faciliter leur appareillage et l’écoulement de l’eau (fig. 45).

Fig 45 - Délitage des lauzes.

Lors de la première restauration, nous avions essayé de poser les lauzes « en rectangle », c'est-à-dire selon des lits réguliers dessinant des lignes parallèles mais il nous est vite apparu que cette méthode impliquait un besoin disproportionné de pierres. Nous avons donc depuis posé les lauzes en nous adaptant à leur forme propre, ce qui nous a amené à les placer « en losange » pour faciliter les recouvrements, d'où l’aspect final irrégulier de la couverture (fig. 46 et 47).

Fig. 46 - Pan avec bas de couverture en pose régulière « en rectangle » (© Louis Cagin).

 

Fig. 47 - Pan en pose irrégulière « en losange » (© Louis Cagin).

Nous n’avons finalement pas mis de terre entre la voûte et les lauzes, les seuls dispositifs que nous ayons ajoutés au-dessus de l'extrados de la voûte sont des pierres de petit volume pour caler les lauzes et les maintenir à la bonne place et dans la bonne inclinaison.

Fig. 48 - Récolte des lauzes au pied de la falaise (© Louis Cagin).

4. Les graffitis

Au cours de la restauration nous avons répertorié de très nombreux graffitis au niveau de la façade de la cabane et sur les lauzes. Nos investigations alentour nous ont indiqué qu’ils étaient aussi pratique courante sur des pierres affleurant dans l’alpage. La plupart ont été gravés à même la pierre, quelques-uns sont écrits à la mine de plomb. Les dates inscrites débutent en 1617 (?) (date gravée sur le linteau de la porte d’entrée de la cabane mais qui reste énigmatique car la seule du XVIIe siècle, toutes les autres étant du XIXe), la plus récente est de 2016 (gravée par Maxime Pottier sur l’une des lauzes lors de notre restauration). À noter que la plupart des dates (hors la nouvelle cabane) correspondent à la deuxième moitié du XIXe siècle et à la première moitié du XXe.

Il est intéressant de noter la continuité de la pratique sur la façade de la nouvelle cabane (fig. 49). Les graffitis attestant a minima de la présence d’un(e) berger(e) sur l’alpage par un prénom, une date, ou en étant plus bavards ou artistiques.

Marion Molina, la bergère du site, nous a par ailleurs éclairé sur la présence de cette accumulation de marques pour les bergers en nous racontant son arrivée dans la nouvelle cabane du bas. Toute neuve et avec juste la table de l’ancienne cabane comme mobilier attestant de la continuité de l’alpage, « elle était couverte de graffitis » nous dit-elle, « j’étais la première à utiliser la nouvelle cabane, mon graffiti est toujours tout seul sur la porte, heureusement il y avait la table, j’étais entourée ».

Nous avons décidé de répertorier tant que faire se peut ces traces écrites, un travail photographique d’inventaire a été commencé par Pascal Saulay du Parc des Écrins et poursuivi lors de nos interventions.

Fig. 49 - Graffiti gravé sur une pierre de l'embrasure de la nouvelle cabane.

4.1 La cabane

Nous n’avons rencontré qu’un seul graffiti à l’intérieur de la cabane (fig. 40) mais la prospection reste à faire sérieusement avec des outils adaptés.

Les graffiti sont présents en façade sur les pierres structurantes comme les linteaux ou les pierres d’angle des baies, mais également sur quelques pierres de l’appareillage, de préférence les grès. Aucun n’a été repéré sur les murs latéraux.

Ils sont également gravés en nombre sur des lauzes de la couverture (cf. fig. 4, où Sandrine indique leur emplacement à la suite de notre réemploi) et notamment sur une très grande lauze que nous avons placée en faîtage de couverture mais qui aurait tout aussi bien pu servir de plateau de table à l’intérieur de la cabane, ce qui pourrait expliquer le nombre des graffiti recouvrant une seule de ses faces (fig. 50).

Fig. 50 - Lauze de faîtage gravée de nombreux graffitis (© Pascal Saulay).

 

Fig. 51 - Graffiti du linteau de l'entrée : 1617 ? (© Pascal Saulay).

 

Fig. 52 - Linteau graffité  du fenestron (© Pascal Saulay).

4.2 Les alentours

Marion Molina a découvert des graffitis aux alentours du site ruiné voisin de la cabane. Ils sont millésimés fin XIXe et les représentations de croix pourraient être liées à la célébration de Pâques [4].

Fig. 53 - Graffitis du site ruiné  (© Marion Molina).

Cloé Verwaerde a découvert une pierre plate gravée plus haut dans l’alpage, celle-ci affleure au sol et se trouve située près de la crête de la falaise sous-jacente à l’alpage côté Embrun (fig. 53). Le point se situe en surplomb du sentier d’accès à l’alpage et correspond certainement à un poste de garde. Il était certainement prisé par les bergers pour surveiller les arrivées et les départs tout en gardant un œil sur les bêtes (fig. 54 et 66).

Fig. 54 - Localisation du graffiti du poste de garde (© Louis Cagin).

 

Fig. 55 - Détail du graffiti du poste de garde. (© Louis Cagin).

Quelques-unes des pierres graffitées de la façade (fig. 56 à 60).

Fig. 56 - Millésime 1898 sur le linteau de l'entrée (© Sandrine Raymond).

 

Fig. 57 - Millésime 1617 (?) sur le linteau de l'entrée (© Maxime Pottier).

 

Fig. 58 - Millésime 1879 sur une pierre de l’appareillage (© Sandrine Raymond).

 

Fig. 59 - Pierre graffitée du côté gauche de l'entrée (© Sandrine Raymond).

 

Fig. 60 - Idem, détail  (© Maxime Pottier).

 

5. Les artéfacts

5.1 Première intervention

Plusieurs objets sans grand intérêt ont été trouvés dans l’appareillage lors de la réfection de l’angle sud-ouest : une clé à ouvrir les boîtes de conserves, un demi bocal en verre, un tesson de poterie vernissé jaune, des lauzes fines taillées en cercle, certainement des bouchons. Autour de la cabane quelques tessons de bouteille en verre épais soufflé, un galet oblong à la forme d’un pilon venant de la Durance, une pierre de grès à la forme d’un fusil à affûter. Ces objets ont été laissés sur place dans une niche de la cabane.

Fig. 61 - Galet pilon oblong (© Louis Cagin).

 

Fig. 62 - Bouchons d’ardoise (© Louis Cagin).

 

Fig. 63 - Ardoise biseautée à 90° (© Louis Cagin).

5.2 Deuxième intervention

Aucun objet n’a été trouvé dans le mur du fond, non plus lors du décaissage du sol intérieur de la cabane (ce qui s’explique par l’usage très moderne de l’espace comme espace de séparation des agneaux ainsi que nous l’a expliqué la bergère).

Fig. 64 - Tessons trouvés en 2017 (© Louis Cagin).

Une fois le niveau décaissé jusqu’aux dalles d’origine (fig. 33), nous avons soulevé l’une d’entre elles au fond à droite de la cabane vers les pierres plantées. Nous avons tout de suite remarqué la différence d’horizon du sol qui a confirmé notre intuition d’être au niveau du dallage « historique ». Nous y avons récolté des tessons d’une fiole visibles sous la dalle (fig. 64), puis avons tout de suite replacé celle-ci. Janick Roussel a analysé les tessons. Voici ses conclusions :

« Trois fragments verdâtres, indéterminés. Une embouchure de flacon bleu-vert, à bord évasé, lèvre coupée, col étroit. Diamètre bord : 16 mm ; diamètre col : 10 mm. L’embouchure semble évoquer une production moderne (plutôt XVIIe-XIXe siècles). Les fragments ne permettent pas de déterminer des formes. »

5.3 Troisième intervention

Nous avons découvert un bouton placé dans le joint entre deux pierres (fig. 65 et 66). Il semble correspondre à celui d’un uniforme des armées napoléoniennes du 1er Empire, possiblement du 12e régiment d'infanterie de ligne qui a guerroyé dans les Alpes vers 1800 [5].

Fig. 65 - Bouton en situation (© Louis Cagin).

 

Fig. 66 - Bouton (© Louis Cagin).

6. Les alentours

Fig. 67 - Vue d’ensemble avec cabane à, droite et site en ruine à gauche (© Louis Cagin).

D’autres traces de bâtis anciens sont encore visibles sur l’alpage :

Aux alentours proches de la cabane plusieurs alignements de pierres de fondation visibles après pature témoignent de divers aménagement, enclos, voire d’éventuelles autres cabanes ou annexes (fig. 67). Certains de ces aménagments sont visibles sur les vues aériennes du site Géoportail (cf supra).

Plus loin, un site ruiné d’une superficie importante (44.604955 , 6.449757 ; altitude : 2297,42 m ) se trouve lui aussi au pied d’une falaise et sous un important chaos de pierres issues de celle-ci.

Le site laisse encore lire des appareillages de bas de murs ruinés (fig. 68 et 69). Nous y avons lu un espace composé de quatre unités regroupées en deux modules doubles et séparés par un passage.

Fig. 68 - Restes de mur d’un abri (© Louis Cagin).

 

Fig. 69 - Le même avec l’enclos devant la porte (© Louis Cagin).

 

Fig. 70 - Relevé sommaire (© Louis Cagin).

À droite de ces modules un espace poursuit le passage et dessine sur le même niveau une esplanade soutenue par des murets de soutènement. Au pied de cet ensemble, se situe un grand enclos dont le mur ruiné dessine encore un grand arc de cercle dans l’alpage (cf. fig. 67). Nous avons effectué un relevé sommaire du lieu (cf. fig. 70). Cet ensemble est également bien visible sur les vues aériennes Géoportail.

Une cabane moderne, construite à la fin des années 1950, permet aujourd’hui aux bergers de bénéficier d’un meilleur confort (fig. 71).

Fig. 71 - Au premier plan, l’abri moderne ; au fond, la cabane (© Louis Cagin).

NOTES

[1] Source orale recueillie par Maxime Pottier : « un des éléveurs de Caléyère, dont le père utilisait déjà cet alpage ».

[2] Sandrine Raymond nous indique la bergerie dite « Gauthier » sur la commune des Orres. Elle se compose de murs en pierre sèche à demi enterrés dans la pente avec un toit en lauzes recouvert d’une couche de terre végétalisée. Par contre le toit est porté par une charpente en mélèze. L’ensemble a été reconstitué. Il se dit qu’un autre bâtiment serait situé en amont et présenterait les mêmes caractéristiques.

[3] La bergère, Marion Molina, nous indique avoir elle-même installé des lauzes récoltées autour de la cabane afin d’aménager l’espace.

[4] Hugues Chatain : « sur un socle une "croix voilée". Peut-être ce graphisme (dans l'horizon culturel moderne) représente-t-il les croix que l'on voilait de violet le Vendredi Saint en mémoire de la mort du Christ. La présence, sur votre site, d'un socle (présent également sur les croix simples voisines) pourrait conforter cette hypothèse ».

[5] Éléments de recherches effectuées par Janick Roussel à confirmer. Lien à consulter : http://frederic.berjaud.free.fr/Articles_de_Didier_Davin/012edeligne/12e_de_ligne.htm

Remerciements

Merci à Janick Roussel, archéologue spécialiste du verre pour son aide précieuse ; à Christian Lassure du Centre d’Etudes et de Recherches d’Architecture Vernaculaire pour son intérêt et son appui ; à Marion Molina, bergère du site lors de notre passage, pour son accueil et son aide ; à Hugues Chatain pour ses éclairages sur les graffitis d’alpage.


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV

Référence à citer / To be referenced as :

Louis Cagin

Restauration de la cabane de berger de L'Hivernet à Embrun (Hautes-Alpes) (2016-2018) (Restoration of L'Hivernet shepherd's hut at Embrun, Hautes-Alpes, 2016-2018)

L'Architecture vernaculaire (en ligne), tome 44-45 (2020-2021)

http://www.pierreseche.com/AV_2020_cagin.htm

15 janvier 2020

L'auteur :

Louis Cagin est murailleur professionnel et auteur de manuels sur la maçonnerie en pierre sèche. Il est vice-président du CERAV et membre du comité de rédaction de la revue L'Architecture vernaculaire. Il est l'auteur de plusieurs articles parus dans pierreseche.com :

* Le chaînage d'angle intégré. Une solution technique lors de la restauration de murs de soutènement à pierre sèche  http://www.pierreseche.com/chainage_integre.htm, 1er août 2007

* Remontage de trois brèches dans le mur de soutènement longeant l’ancien chemin menant à Réallon depuis Embrun (Hautes-Alpes)  http://www.pierreseche.com/remontage_trois_breches.htm, 1er octobre 2018

* Restauration de la cabane de berger de L'Hivernet à Embrun (Hautes-Alpes) : première étape
http://www.pierreseche.com/restauration_hivernet.htm, 7 décembre 2016

* Restauration de la cabane de berger de L'Hivernet à Embrun (Hautes-Alpes) : suite 
http://www.pierreseche.com/restauration_hivernet_2.htm, 6 janvier 2018

* Restauration de la cabane de berger de L'Hivernet à Embrun (Hautes-Alpes) : troisième étape
http://www.pierreseche.com/restauration_hivernet_3.htm, 20 février 2019
 

sommaire tome 44-45 (2020-2021)          page d'accueil          sommaire site architecture vernaculaire