L'ARCHITECTURE VERNACULAIRE

TOME 38-39 (2014-2015)

 

ISSN 2494-2413

 
     

Sergio Gnesda (texte), Ulisse Gnesda (photos)

MURS EN PIERRE SÈCHE DE CONFINEMENT D'UN TORRENT DANS LA PLAINE DE STARI GRAD
(ÎLE DE HVÀR, DALMATIE, RÉPUBLIQUE DE CROATIE)
 

 

Résumé

Sur l'ïle de Hvàr, en Dalmatie (République de Croatie), dans le terroir voué à la vigne et l'olivier s'étendant de Stari Grad à Jelsa, on trouve non seulement des murs et des cabanes en pierre sèche mais aussi des ruisseaux canalisés entre deux murs en pierre sèche pour contenir l'écoulement des eaux et protéger les cultures de débordements après les orages.

Abstract

On the isle of Hvàr, in Dalmatia, Republic of Croatia, in an agricultural plain dedicated to the cultivation of vines and olive trees extending from Stari Grad to Jelsa are found not only dry stone walls and huts but also small streams lined by dry stone walls that are used to contain the flow of storm water and prevent it from overflowing into adjoining fields.

 

L'île de Hvàr (en italien Lesina) se trouve au large de la Dalmatie centrale et appartient au comté de Split-Dalmatie. Longiligne et montagneuse, Hvàr s'étire d'est en ouest, au large du continent.

La ville et la plaine de Stari Grad (Stari Grad i Starograsko polje en croate – Cittavecchia e la piana di Cittavecchia en italien) occupent la partie centrale de l'île.

La plaine de Stari Grad est sur la liste du patrimoine culturel mondial de l'UNESCO depuis le 7 juillet 2008.
Elle abrite le cadastre antique le mieux conservé et le plus ancien de la Méditerranée. Il témoigne de la diffusion du modèle géométrique grec de la répartition de terres agricoles dans le monde méditerranéen.

Plaine de Stari Grad. © Boris Kragič.

Dans un terroir s’étendant de Stari Grad à Jelsa et voué à la vigne et à l’olivier, on trouve aujourd’hui non seulement des murs en pierre sèche, des chemins et des cabanes en pierre sèche à voûte en encorbellement (dites bunje ou trimi / trini en croate) (2), mais aussi des ruisseaux canalisés pour contenir l’écoulement des eaux et protéger les cultures de l’inondation après les orages, ainsi qu’un réseau de collecte de l’eau de pluie utilisant de petite rigoles et des citernes, aux fins d’irrigation.

Lit d’un ruisseau avec des murs de retenue sur le bord d’une vigne et une bunja / trim au fond à droite. © Ulisse Gnesda.

 

Bunja / trim dans la plaine de Stari Grad. La couleur plus claire du pinacle est le signe qu’il a été mis en place récemment (3). © Ulisse Gnesda.

 

Bunja / trim faisant partie d’un grand mur de soutènement bordant un champ cultivé. © Ulisse Gnesda.

La plupart des ruisseaux canalisés de Starogradsko polje n'ont pas pour fonction principale l'irrigation. Leurs rives en pierre sèche ont été bâties pour contenir et maîtriser le grand volume d'eau, même si l’écoulement est intermittent, pendant l'hiver et l’été. Grâce à ces ruisseaux canalisés, il a été possible d'éviter que les pluies torrentielles et soudaines après les rares mais gros orages, puissent endommager les cultures et entraîner une partie de la précieuse terre dans les zones non arables.

En outre, le lit des cours d'eau et les murs latéraux en pierre sèche se trouvent, en particulier dans la partie plate de Starograsko polje, à un niveau inférieur à la terre arable de sorte que l'eau ne peut pas sortir et irriguer, par des quantités importantes, les terres environnantes.

Actuellement, il n'est pas possible de déterminer le début des canalisations bordées par des murs en pierre sèche car elles sont complètement couvertes par la broussaille.

Ruisseau bordé de murs. © Ulisse Gnesda.

 

Les murs latéraux dépassent le niveau du sol de façon à éviter que l’excès d’eau ne se répande à l’extérieur. © Sergio Gnesda.

 

Les murs latéraux ne dépassent pas le niveau du sol si bien que l’excès d’eau peut se répandre à l’extérieur. © Sergio Gnesda.

 

Lit d’un ruisseau entre ses murs en pierre sèche de confinement dans une zone de colline, sur des terres consacrées aux vergers et aux oliveraies. En raison du relief, les murs sont plus épais. © Ulisse Gnesda.

Toutefois, lorsque le lit des ruisseaux et les murs latéraux en pierre sèche sont situés sur le côté de la plaine de Stari Grad, c'est-à-dire dans une zone présentant des pentes, les murs sont plus épais car l'eau qui descend des collines, du fait de sa force, nécessite des ouvrages plus résistants.

Ruisseau canalisé dont le mur en aval est plus épais que le mur en amont. © Ulisse Gnesda.

La photo suivante, prise après une forte pluie, montre la force du courant dans la partie basse des collines de Starogradsko Polje.

Le torrent Vir. © www.tartajun.hr

Des petits barrages (appelés pumpurele en croate local) ont été construits au cours de la monarchie austro-hongroise (au XIXe siècle) précisément pour cette raison.

Pumpurela à Krušvica. © www.tartajun.hr

Le lit actuel du torrent appelé Vir a une longueur de plus de 3000 mètres. Il traverse les champs et les routes de communication, lesquelles doivent l’enjamber par des ponceaux en pierre qui sont plus élevés que le niveau de la route, l’eau s’engouffrant dans le tunnel.

Tunnel sous la route pour le passage de l’eau . © Ulisse Gnesda.

Il arrive que sur les collines le lit d’un ruisseau avec ses murs de confinement soit transformé en chemin pour les agriculteurs et les animaux.

Cheminement suivant l’ancien lit d’un ruisseau canalisé dans les collines. © Ulisse Gnesda.

NOTES

(1) Merci à Filip Šrajer, responsable du site www.dragodid.org, et à Aldo Čavić, directeur du musée de Stari Grad, de leurs informations sur les sites concernant Hvar et la pierre sèche.

(2) Le mot bunja (sg.), bunje (pl.), signifie « refuge », « abri » en langue croate alors que trim (sg.), trimi ou trini (pl.) n’a pas de racine correspondante en croate local.

(3) En Dalmatie, le pinacle n’est pas un élément autochtone. Comme pour le pinacle des hiške du Karst italien et de la Slovénie, la proximité géographique des casite / kažuni de Dignano d’Istrie / Vodnjan avec leur pinacle, le « pimpignol / pinčuk », n’est pas étrangère à son emprunt.


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© Sergio Gnesda,  Pietro Molli - CERAV


Références à citer / To be referenced as:

Sergio Gnesda (texte), Ulisse Gnesda (photos)

Murs en pierre sèche de confinement d’un torrent dans la plaine de Stari Grad (Île de Hvàr, Dalmatie, République de Croatie) (Dry stone walls for containing a torrent in the Stari Grad plain in the isle of Hvàr, Dalmatia, Croatian Republic)

L'architecture vernaculaire, tome 38-39 (2014-2015)

http://www.pierreseche.com/AV_2014_gnesda_2.htm

28 mars 2014

L'auteur :

Sergio Gnesda, vice-président du CERAV

page d'accueil          sommaire de Hommage à Michel Rouvière