ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

DÉMONTAGE ET REMONTAGE D'UNE CABANE DE CARRIER À VRHOVLJE EN SLOVÉNIE

DISMANTLING AND REBUILDING A QUARRIER'S HUT AT  VRHOVLJE, SLOVENIA

Sergio Gnesda

version italienne

Le village de Vrhovlje (it. Vercogliano), dans la municipalité de Sežana (it. Sesana), en Slovénie, est situé à quelques centaines de mètres de la frontière avec l'Italie et à quelques kilomètres de la ville de Trieste.

Le Karst (tant slovène qu’italien) est composé principalement de calcaire qui dans certaines zones est d'excellente qualité pour la construction du fait de sa dureté et surtout de son homogénéité. Cela explique le nombre élevé de carrières dont certaines étaient déjà en activité sous l’empire romain.

À Vrhovlje-Dolina, la carrière de calcaire de type Repen de la société Marmor Sežana, est située au bas d'une colline appelée Medvejk à la lisière du village. L'ancienne carrière, aujourd'hui désaffectée, a été ouverte au milieu du XIXe siècle et la carrière moderne, à côté de l’ancienne, a été mise en service après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Voulant récupérer la zone adjacente, où se trouvait une cabane de carrier (kamnoseška hiška en slovène), pour y déposer des gravats, le directeur de la société Marmor Sežana, a proposé à Bojana Vidmar, président du consortium transfrontalier réunissant les villages de Dol (Dol), Voglje (Vogliano), Vrhovlje (Vercoliano) en Slovénie et Monrupino/Repentabor, Zolla/Col, Rupingrande/Repen en Italie (1), de démonter la cabane pour la remonter à l'identique à une centaines de mètres de là et dans une position plus visible.

1 - Caractéristiques de la cabane

La hiška de Vrhovlje est une resserre-à-outils (hiška za spravo) qui avait son entrée fermée par une porte en bois à un battant. Celui-ci était fixé à un des piédroits par des gonds en fer et doté d'une serrure. Sur une grosse pierre sur le côté droit de l’embrasure de l'entrée, était gravée la date de construction : 1899, la seule connue à ce jour sur une cabane de carrier.

Date de construction de la cabane (1899) gravée sur une grosse pierre de l’embrasure. À gauche, le numéro 14 indiquant son emplacement pour le remontage. Photo prise avant le démontage-remontage.

En Slovénie et en Italie les hiške et les murs en pierre sèche ne sont pas concernés par les lois relatives à la protection et à la conservation des biens environnementaux, mais le « Partenariat pour les constructions en pierre sèche du Parc des grottes de Škocjan (San Canziano) » (2), conscient de l’intérêt historique et environnemental de la hiška, a décidé de financer et de coordonner sa réinstallation dans le voisinage immédiat.

La hiška dans l'ancienne carrière Dolina à son emplacement d'origine. Son parement est éboulé sur les côtés, un vieux filin d'acier traverse la photo en diagonale : il servait à découper les blocs de pierre dans l’après-guerre. Photo © Boris Čok 1960.

 

Éboulement du côté gauche de la cabane (par rapport à un observateur extérieur). Photo © Boris Čok 2015.

 

La pierrre de seuil  et l'encadrement de l'entrée réalisés à l'aide de longs blocs équarris ; celui formant le montant de gauche n'est plus en place, ayant été arraché.

Dans les anciennes carrières de pierre, les outils de travail étaient entreposés dans une cabane ad hoc qui pouvait être en bois, en maçonnerie de pierre au mortier de chaux ou à sec et à voûte d’encorbellement comme dans le cas présent. En raison du grand nombre d'anciennes carrières, on trouve encore quelques hiške mais elles sont presque toutes très frustes et plus ou moins ruinées. Celle de la carrière de Vrhovlje est assez bien conservée à l’exception d’un des montants de l’entrée qui a été arraché et abandonné à proximité.

Le piédroit arraché et abandonné au sol.

La hiška de Vrhovlje se différencie des hiške des bergers du Karst. Étant experts dans la taille de la pierre, les carriers ont eux-mêmes  taillé les deux piédroits et le linteau de l’encadrement de l'entrée mais aussi de grosses pierres dont ils ont dressé les parements.

L’arrière de la cabane s'appuyait sur un talus de plus de 3 m de hauteur (voir photo ci-dessous). À l’intérieur, l’encorbellement commençait à environ 1,2 mètres de hauteur et la hauteur sous voûte atteignait 2,2 mètres.

L’abondance de mousses sur les parois externes et de lichens sur les parois internes est liée à la position de la cabane dans un creux et à la présence d'une végétation arbustive autour d'elle.

Vue en contrebas de l’arrière de la hiška à son emplacement originel.

 

L'arrière-linteau et la voûte d'encorbellement avant le démontage.

 

La paroi intérieure au-dessus de l'arrière-linteau et l'encorbellement latéral avant le démontage.

2 - Démontage-remontage

Le démontage-remontage, effectué les samedi 6 et dimanche 7 juin 2015, a permis de préserver cette hiška, unique en son genre en Slovénie, et de faire connaître aux Slovènes et aux « voisins » italiens cette cabane en pierre sèche construite par les carriers considérés dans le passé comme les meilleurs tailleurs de pierre.

Le chantier de démolition-reconstruction s’est déroulé en trois étapes : organisation, réalisation et communication.

Organisation

La société Marmor Sežana s’est chargée du transport non seulement des pierres, mais aussi de la pierraille et de la terre (environ 4 m3) qui servaient à améliorer l’étanchéité de la couverture, ainsi que de la dépose et la repose des pierres assise par assise. Pour faciliter l'opération, on a construit une petite route d'accès au nouvel emplacement et un terre-plein où reconstruire la hiška.

Les rapports avec les autorités et les médias ont été assurés par Mme Bojana Vidmar. Le responsable technique et chef de chantier était Boris Čok assisté de Ivan Pavlin.

Réalisation

Un volume d'environ 15 m3 de calcaire, soit l'équivalent de 35 tonnes, a été manipulé trois fois (1/ démontage et chargement dans le tracteur, 2/ déchargement au sol et 3/ remontage). Pour le calcul du volume on a pris en compte un facteur de remplissage de 90% pour la paroi et de 95% pour le dôme (où l'on a utilisé également de la terre). La densité du calcaire du Karst est égale à 2500 kg / m3

Les relevés et les photos de la cabane d'origine ont permis de reconstruire la hiška de façon rapide et sûre. Les dimensions intérieures sont identiques, avant demontage et après remontage. Cependant, on n’a pas conservé le talus à l’arrière, et certaines pierres tombées ou disparues ont été remplacées.

Relevé des cotes préalablement au démontage.

B. Čok s’est chargé de la numérotation des pierres de la façade et de l’entrée et des plus grosses pierres sur les côtés et à l’arrière.

Numérotation préalable. Source : film Selitev kamnite hiške na Medvejku (Déplacement de la hiška des carriers sur la Medvejka) de Matej Zupec (2015).

Dans sa position initiale, la hiška était à l'écart et cachée par des branches et des arbustes. Elle se dresse désormais sur un plan horizontal continu et dans une position dominante et clairement visible de tous les côtés.

La cabane remontée sur son esplanade.

 

La partie centrale de la couverture vue depuis l’arrière.

L'intérieur de la hiška n’as pas subi de changements, par contre les parties éboulées à l’extérieur ont été refaites.

La cabane fait extérieurement environ 4 m de diamètre et intérieurement environ 1,3 m. Les deux parements sont construits avec de moellons plus grands, choisis avec soin. Le volume entre les deux parements est rempli par des pierres plus petites et de la pierraille.
Il n’y a pas de solution de continuité entre la partie de base et la voûte.

La partie de la voûte qui est au-dessus de l'arrière-linteau de l'entrée est non pas encorbellée mais verticale. Du fait de la petite taille de la voûte, il n’a pas été difficile de relier cette paroi verticale aux lauses en encorbellement.

La paroi intérieure au-dessus de l'arrière-linteau et l'encorbellement latéral après remontage.

Le dôme de la hiška est constitué par une voûte en encorbellement (velb en dialecte slovène local, previševanje en langue slovène) d’une hauteur de flèche de 1,2 mètres, une couverture de lauses et un remplissage de pierraille et de terre entre les deux (3).

La voûte d'encorbellement après remontage.

L'intérieur de la hiška à son emplacement d’origine était parfaitement sec (feuilles sèches au sol). Celui de la cabane remontée à son nouvel emplacement ne présentait aucune trace d’infiltration malgré de fortes pluies (aucune trace de coulée de la terre rouge du remplissage).

Emplacement

La quête d'un emplacement qui respecte l'implantation et la configuration initiales de la hiška et qui conserve son orientation par rapport à  la lumière du soleil, a été résolue par un déplacement de seulement 120 mètres.

L’emplacement choisi (point jaune sur la photoci-dessous) est ouvert, visible et proche de la route de terre menant à la carrière. Compte tenu de l'espace disponible, il a été possible de maintenir la même orientation de l'ouverture vers le mont Nanos.

Vue satellitaire de la carrière moderne. Point rouge: la position d'origine ; point jaune: la position d’arrivée.

Transport

Le transport des pierres a été réalisé avec trois tracteurs. Le démontage a été effectué horizontalement, section par section, chaque section étant ensuite transportée sur le nouvel emplacement et déposée au sol avant d'être mise en place.

Reconstruction

Cette opération a été coordonnée par B. Čok et effectuée uniquement à la force des bras par 5 personnes. Une attention particulière a été accordée à la mise en place des pierres numérotées et de celles travaillées.

Remontage des premières assises. Photo © Danilo Antoni 2015.

 

Remontage de la voûte. Photos © Danilo Antoni  2015.

 

La cabane remontée.

 

L'entrée  remontée avec son pilier gauche remis en place.

Il est intéressant de noter que le rapport entre le volume des pierres (15 m3) et celui de l'espace intérieur utile (2,7 m3), est très grand [15 divisé par 2,7 = 5,5], ce qui signifie que la construction a nécessité une grande quantité d’énergie unitaire [volume de pierres divisé par l’espace utilisable].

Communication

- Articles dans la presse locale et nationale en langue slovène.
- Film en langue slovène de Matej Zupec Selitev kamnite hiške na Medvejku [lien : https://youtu.be/342p5O6ow58].
- Site web du CERAV, Paris.
- Site slovène du Partenariat pour les constructions en pierre sèche.
- Visite du groupe de randonneurs « Promenade de Saint Martin », suivie de la projection d’un documentaire à la Maison de la Culture de Dol pri Vogljah.

Boris Ćok accueillant les randonneurs du groupe « Promenade de Saint Martin ». Photo © Danilo Ravbar 8.11.2015.

- Interview de Sergio Gnesda dans l’émission Istria e dintorni de la chaîne de télévision TV Koper/Capodistria.
- Martina Vocci : http://4d.rtvslo.si/arhiv/istria-e-dintorni/174384462 (à 7 min 30).

24 janvier 2016 20 h 30 sur Télé Capodistria – Istria e dintorni –  Architettura vernacolare della pietra a secco

Remerciements

Nous adressons nos vifs remerciements à Boris Čok, Matej Zupec, Danilo Rabvar et Danilo Antoni pour nous avoir permis d’utiliser leurs photos et à Martina Vocci chargée de l'interview.

NOTES

(1) Razvojno Združenje Repentabor.

(2) Partnerstvo za suhe zidne gradnje - Park Škocjanskih jam - Zavod za varstvo kulturne dediščine Nova Gorica 

(3) Pour améliorer l'étanchéité du couvrement on ajoute de la terre aux pierres de remplissage insérées dans les interstices.

Note : Les photos et dessins sont de Sergio Gnesda sauf indication contraire.

ANNEXE

Cabanes de carriers des environs de Dolina et de Lokev (Slovénie)

Dans d'autres carrières abandonnées, on trouve des constructions en pierre sèche qui, en raison de leur forme, sont plutôt des abris.

Le premier est situé dans l'ancienne carrière abandonnée Nežkin près de Dolina. En forme d'appentis s'appuyant contre un bloc rocheux, il consiste en un mur de grosses dalles posées en carreaux  et d'une couverture de grandes dalles plates posées en oblique.

Hiška Nežkin kamnolom – près de celle de Dolina. Photo © Boris Čok 2015.

Le deuxième abri, dit cevitnikova pri Mesini, se trouve dans les environs de Lokev (Slovénie). De construction plus soignée, il s’appuie sur le mur de soutènement d’un tas des déchets d'extraction.

Hiška cevitnikova pri Mesini aux environs de Lokev. Photo © Boris Čok 2015.

Le troisième abri, en partie écroulé, s’appuie sur de grands blocs de roche.

Hiška de la famille Lazarjevič dans la carrière abandonnée de pri Mesini  (Lokev). Le mur opposé au banc rocheux est en ruine. Photo © Boris Čok 2000.


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV
Le 9 juin 2016 / June 9th, 2016 - Complété le 18 juin 2016 / Augmented on June 18th, 2016

Références à citer / To be referenced as:

Sergio Gnesda
Démontage et remontage d’une cabane de carrier à Vrhovlje en Slovénie (Dismantling and rebuilding a quarrier's hut at Vrhovlje, Slovenia)
http://www.pierreseche.com/transfert_cabane_carrier.htm
9 juin 2016

  page d'accueil